2 min de lecture Voile

Vendée Globe 2020 : Yannick Bestaven vise le top 5

PORTRAIT - Le dimanche 8 novembre prochain, 33 marins s’élanceront pour un tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Parmi eux, l’ambitieux Rochellais Yannick Bestaven.

Yannick Bestaven
Yannick Bestaven Crédit : Jean-Marie Liot
fred veille
Frédéric Veille édité par Gregory Fortune

La dernière fois que Yannick Bestaven s’est lancé à l’assaut du Vendée Globe, c’était en 2008 sur l’ancien "Aquitaine innovations" de son ami Yves Parlier. Malheureusement pour lui, l’aventure s’était arrêtée 24 heures après le départ en raison d'un démâtage au large du golfe de Gascogne. "Mais tout cela c’est du passé", sourit le skipper, qui est désormais à la barre de "Maître CoQ IV", le sistership du bateau d'Armel le Cléac'h vainqueur du dernier Vendée Globe.

Sorti en mars de trois mois de chantier, le monocoque a encore été optimisé pour ce 9e Vendée Globe et bénéficiera d’un jeu de voiles neuf lorsqu’il s’élancera des Sables-d’Olonne. "Je suis à la fois motivé et très impatient d’y aller, confie Yannick Bestaven. Cela fait trois ans que je prépare ce projet pour lequel je pense avoir toutes les cartes en main pour faire le mieux possible, c’est à dire le top 10, voir le top 5".

Car à 47 ans, Yannick Bestaven est loin d’être un novice. C’est aujourd’hui une figure du plateau Imoca, lui qui pratique la voile depuis le plus jeune âge et qui s’est intéressé à la course au large suite à sa rencontre à la fin des années 1990 avec Yves Parlier. Dès lors, et une fois ses études d’ingénieur terminées, il s’est lancé dans la compétition. Parlier et Ellen MacArthur l’ont embarqué sur la Course de l’Europe 1999 avec une victoire à la clef. 

Plus d’une dizaine de traversées océaniques

D’autres suivront : deux dans la Transat Jacques Vabre en Class40, une Route du Rhum 2014 bouclée en 4e position après avoir longtemps bataillé pour la victoire. Bref, en 20 ans, ce sont plus d’une dizaine de traversées océaniques qui sont à son actif. Et pour cette édition 2020-2021 du Vendée Globe, il est son propre armateur, responsable de son projet de A jusqu’à Z.

À lire aussi
Nicolas Troussel voile
Vendée Globe 2020 : Nicolas Troussel pour une première ambitieuse

"J’ai la chance d’avoir un Imoca à foils, des bateaux avec lesquels on dépasse les 20 nœuds, souligne Yannick Bestaven. C’est fabuleux de naviguer sur de telles machines, alors à moi maintenant de faire le mieux possible, mais surtout de rallier la ligne d’arrivée, 12 ans après ma première tentative".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Voile Vendée Globe
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants