1 min de lecture Danse

Grande-Synthe : les futurs champions de breakdance préparent les JO

REPORTAGE - Mathéo, Martin et les autres danseurs enchaînent les figures acrobatiques sur le parquet du gymnase, avec la médaille d'or olympique dans un coin de la tête.

Micro générique Switch 245x300 Vous êtes comme ça La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Les futurs champions de Breakdance de Grande-Synthe Crédit Image : Franck Antson / RTL | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Franck Antson - correspondant RTL dans le Nord
Franck Antson édité par Florine Boukhelifa

Le breakdance, danse urbaine née aux États-Unis, fait partie des nouveaux sports inscrits aux Jeux Olympiques de Paris 2024. À Grande-Synthe, dans le Pas-de-Calais, cette discipline compte de nombreux adeptes chez les jeunes des quartiers. Ces talents se retrouvent régulièrement au gymnase du quartier du Moulin pour suivre les cours de l'école de danses urbaines "Blacklist".

Parmi eux, deux jeunes champions enchaînent les figures sur le parquet. Martin Lejeune d'abord qui, à 18 ans, fait du breakdance "depuis presque dix ans, grâce à un pote qui en faisait dans la cour de récréation en primaire". Pour lui, "c'est un art et un sport en même temps". Ce "bboy" vise désormais Paris 2024 après avoir remporté une médaille d'argent aux JO de la Jeunesse en 2018. Puis, il y a aussi Mathéo Dubar, qui résume : "le breakdance c'est beau à voir, c'est ma vie".

"Grande-Synthe est une terre de hip-hop et de cultures urbaines depuis des dizaines d'années. Il y a toujours eu des talents, potentiellement médaillables", explique Abdel Mustapha, danseur et entraîneur-coordinateur de l'Équipe de France. Le coach est lui-même admiratif devant les prouesses de ces jeunes danseurs.

Martin Lejeune et Mathéo Dubar deux jeunes champions du club Blacklist. Crédits : Franck Antson / RTL |
5 >
Martin Lejeune et Mathéo Dubar deux jeunes champions du club Blacklist. Crédits : Franck Antson / RTL |
Martin et Mathéo, 18 et 16 ans maîtrisent déjà toutes les figures acrobatiques de cette danse urbaine. Crédits : Franck Antson / RTL |
Abdel Mustapha, entraîneur coordinateur de l’Equipe de France de Breakdance (ou Breaking) est aussi un talent nordiste. Crédits : Franck Antson / RTL |
Les plus jeunes s’y mettent dès 4 ans. Ici cours de breaking pour les ados avec Abdel Mustapha. Crédits : Franck Antson / RTL |
Mathéo Dubar, 16 ans avec Martin Lejeune, 18 ans déjà médaillé d’argent aux Jeux de la jeunesse en 2008. Ils visent tous les deux Paris 2024. Crédits : Franck Antson / RTL |
1/1

De plus en plus de jeunes intéressés par la discipline

Malgré le contexte sanitaire très perturbant, les inscriptions ont grimpé en flèche cette année à "Blacklist", association qui propose des cours de breakdance dès 4 ans. Une augmentation due à "l'annonce de l'entrée du breakdance aux JO" selon Amina Amroussi, présidente de l'association.

À lire aussi
JO 2024
JO 2024 à Paris : "Il a fallu faire entendre notre voix", souligne Stéphane Troussel

Sur la piste, de jeunes danseurs, breakers, garçons ou filles essayent d’imiter les plus grands. "Si on continue à persévérer, peut-être qu'un jour on pourra faire comme eux", confie l'un d'entre eux. Popularisée dans les années 80 à la télé, cette culture hip-hop est aussi un vrai vecteur d’intégration dans ces quartiers selon Abdel Mustapha : "Avant, j'étais une personne qui ne parlait pas beaucoup, mais le break m'a permis de m'exprimer au-delà de l'expression corporelle".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Danse Pas-de-calais Hauts-de-France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants