1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. F1 - Guerre en Ukraine : Verstappen et Vettel ne veulent pas de Grand Prix en Russie
2 min de lecture

F1 - Guerre en Ukraine : Verstappen et Vettel ne veulent pas de Grand Prix en Russie

Les deux champions du monde de Formule 1 se sont formellement opposés à la tenue en septembre prochain du GP de Russie, lors d'une conférence de presse à Barcelone, jeudi 24 février .

Le circuit de Formule 1 de Sotchi en octobre 2015
Le circuit de Formule 1 de Sotchi en octobre 2015
Crédit : ALEXANDER NEMENOV / AFP
Frédéric Veille - édité par Gregory Fortune

La situation en Ukraine a été évoquée jeudi 24 février lors des conférences de presse organisées sur le circuit de Barcelone, où se tiennent les essais hivernaux de Formule pour la saison 2022. À ce jour, le calendrier comporte 23 Grands Prix dont celui de Russie, qui doit se disputer le dimanche 25 septembre prochain à Sotchi.

Et preuve que les choses sont prises au sérieux dans le paddock de la F1, Guenther Steiner, le patron de l’écurie Haas, écurie sponsorisée par Uralkali, une firme proche de Vladimir Poutine, a décliné sa présence à ce rendez-vous avec les médias alors qu’il y était initialement invité.

C’est l’Allemand Sebastian Vettel qui s’est le premier exprimé sur le conflit. Ému, le quadruple champion du monde s’est dit "dévasté" et "choqué" par l'invasion russe en Ukraine. Il a ensuite adressé une "pensée aux familles touchées (...) Des gens sont tués pour des raisons stupides". "Je ne pense pas que la F1 devrait courir en Russie étant donné ce qui se passe, a aussi annoncé le pilote Aston Martin. Ma propre décision sera de ne pas y aller".

Quand un pays est en guerre, ce n’est pas normal d’aller courir là-bas

Max Verstappen

Quelques instants plus tard, c’est un autre champion du monde, le tenant du titre Max Verstappen, qui s’est exprimé sur le conflit en cours. "Quand un pays est en guerre, ce n’est pas normal d’aller courir là-bas", a affirmé le Néerlandais.

Également présents lors de cette conférence de presse, Fernando Alonso et Charles Leclerc ont tous deux assurés "faire confiance à la FIA, qui prendra la bonne décision". Cette dernière ne s’était pas encore exprimée à la mi-journée sur le maintien ou non du Grand Prix de Russie.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/