2 min de lecture États-Unis

États-Unis : 2 fraternités dissoutes après des blagues sur un "grenier à viols"

Dans une université de Pennsylvanie, deux fraternités étudiantes ont annoncé leur décision de se dissoudre après des révélations sur des documents aux propos sexistes, homophobes et racistes.

Des étudiants de fraternités étudiantes (image d'illustration)
Des étudiants de fraternités étudiantes (image d'illustration) Crédit : iStock / Getty Images Plus
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

C'est un fléau reconnu aux États-Unis : les viols sur les campus. Alors que des université sont critiquées pour ne pas mettre en place de mesure concrètes pour les réduire ou condamner les agresseurs et la culture du viol, d'autres au contraire passent à l'action.

La dernière affaire en date : deux fraternités d'une université de Pennsylvanie, Phi Psi et Delta Upsilon, ont été dissoutes après la découverte de plusieurs "documents" datant de 2010 à 2016 et révélant de la part de leurs membres des commentaires racistes, homophobes, misogynes et notamment une blague sur un "grenier et un tunnel à viols", rapporte le site américain Hello Giggles

"Vos soirées sont nulles, vous avez un tunnel à viols ET un grenier à viols (vous devez choisir l'un ou l'autre)", peut-on par exemple lire. Pire que des blagues, certains documents ont permis de découvrir des "descriptions graphiques" d'agressions sexuelles.

L'affaire a d'abord éclaté dans deux journaux étudiants locaux, The Phoenix et Voices, mi-avril et a ensuite été rapportée à l'échelle internationale par le New York Times. Des étudiants appartenant à une organisation souhaitant mettre fin à la violence du système grec des fraternités étudiantes avaient alors occupé l'une des deux maisons identifiées comme coupables de ces commentaires sexistes, racistes et homophobes. 

Des déclarations odieuses

À lire aussi
L'actrice Mo'Nique en Californie le 3 novembre 2016. États-Unis
Netflix : l'actrice Mo'Nique poursuit la plateforme pour discrimination

En réponse, les deux fraternités ont décidé une dizaine de jours après les révélations de se dissoudre. "Nous avons écouté les préoccupations et les sentiments de la communauté universitaire", peut-on lire dans un message publié sur Facebook par Delta Upsilon. "Après de nombreuses discussions, les membres de Delta Upsilon ont unanimement décidé que la dissolution de notre fraternité était dans l'intérêt de la communauté Swarthmore. Nous espérons que notre ancienne maison offrira un espace inclusif, sûr et propice à la guérison".

La seconde université, Phi Psi, a tenu de son côté à souligner que les propos dévoilés "ne représentent plus" qui ils étaient aujourd'hui. "Les membres actuels de l'organisation étant au lycée ou au collège au moment des faits" mais le communiqué ajoute : "Nous avons été choqués et dégoûtés (...) ce qui nous a amenés à nous interroger sur notre affiliation à une organisation dont les anciens membres étaient capables de rédiger de telles déclarations odieuses. Nous ne pouvons pas, en toute conscience, être membres d’une organisation ayant une histoire aussi douloureuse". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis MeToo International
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants