1 min de lecture Réseaux sociaux

Confinement : les actes de revenge porn explosent sur Snapchat

VU DANS LA PRESSE - Depuis le début du confinement, le secrétariat d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes a noté une "forte recrudescence" des actes de revenge porn sur le réseau social.

Le "revenge porn" est une forme de violences sexuelles et sexistes
Le "revenge porn" est une forme de violences sexuelles et sexistes Crédit : iStock / Getty Images Plus
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Ils sont appelés "ficha", verlan du verbe "afficher". Ces comptes créés sur le réseau social Snapchat sont dédiés au revenge porn, pratique illégale qui consiste à diffuser, sans son consentement, des images d'une personne (souvent une ex-compagne) sur lesquelles elle apparaît dénudée. Et depuis le début du confinement, ils explosent.

Comme le raconte 20 Minutes, Marlène Schiappa elle-même a noté "une forte recrudescence de ces actes depuis le début du confinement et la fermeture des établissements scolaires". Ses équipes ont déjà fait "près de 50 signalements" auprès de Snapchat au sujet de ce phénomène qui n'est pas nouveau mais qui s'est intensifié avec le confinement.

"Certains s’ennuient. Pour venir à bout de la monotonie, ils se sont dit que c’était rigolo 'd’afficher' des filles comme ça, sans se rendre compte du mal qu’il pouvait faire", explique au site internet la présidente de l’association Espoir et Création, Hind Ayadi. Les victimes sont en général de jeunes adolescentes âgées parfois de seulement 14 ans. Le revenge porn les traumatise. Hind Ayadi dit avoir reçu plusieurs appels de jeunes filles menaçant de mettre fin à leurs jours.

Marlène Schiappa assure faire tout son possible pour combattre ce fléau. Notamment, elle explique à 20 Minutes travailler avec l'avocat Éric Morain, spécialiste de la cyberviolence, "pour construire des contenus pédagogiques qui seront diffusés bientôt sur Snapchat, afin de sensibiliser les utilisateurs de la plateforme". Elle rappelle enfin que les victimes de revenge porn peuvent porter plainte dans un commissariat ou signaler ces actes sur la plateforme Pharos.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réseaux sociaux Confinement Coronavirus
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants