3 min de lecture Sexo

Sexe : pourquoi il faut en finir avec le mot "préliminaires"

Parler de "préliminaires" réduit le rapport sexuel à un acte tourné vers une pratique sexuelle : la pénétration.

Le mot "préliminaires" induit que la pénétration est le but ultime d'un rapport sexuel
Le mot "préliminaires" induit que la pénétration est le but ultime d'un rapport sexuel Crédit : Unplash/Toa Heftiba
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

"J’avoue que pendant des années pour moi un rapport sexuel c’était : caresses, pénétration et orgasme". Céline, 36 ans, raconte dans le troisième épisode du podcast Les Français au lit à quel point sa vie a basculé quand elle s'est ouverte à la sexualité, à d'autres corps et d'autres pratiques. C'était il y a six ans, après une rupture amoureuse. Depuis, cette Parisienne qui se considère comme "libertine" a une toute autre vision du rapport sexuel et en particulier de ce que la société considère comme "les préliminaires", "c'est-à-dire la fellation, le cunnilingus ou les caresses", détaille-t-elle.

Pour elle, ces gestes sont aussi importants que la pénétration, acte sexuel pourtant présentée par la société comme le Graal de la sexualité, le "passage obligé" qui va faire qu'une rencontre physique entre des individus va pouvoir se voir définir comme rapport sexuel. 

ABONNEZ-VOUS À NOTRE PODCAST

"Les gens ont une vision préconçue du rapport sexuel avec une idée qu’il n'existe que s’il y a pénétration", confirme la sexologue Axelle Romby. Pour elle, il convient de déconstruire cette idée afin de "considérer que le rapport est un moment d’intimité qui met en jeu un moment de plaisir sexuel avec des contacts notamment, mais pas uniquement, sur le sexe". 

À partir du moment où l'on se regarde dans un état d’ouverture de corps, c’est déjà faire l’amour

Elody, 41 ans
Partager la citation

"Qu’est-ce que faire l’amour ? Cela va super loin en fait", s'interroge de son côté Elody, 41 ans. "À partir du moment où l'on se regarde dans un état d’ouverture de corps, c’est déjà faire l’amour. S’offrir un massage, c’est déjà faire l’amour", estime cette adepte du tantra qui peine parfois à sortir avec ses partenaires du fameux trio "préliminaires, pénétration, orgasme (masculin)". "Dernièrement, j'étais plutôt avec des hommes de trente ans et, pour certains, je sentais une lourde éducation au porno", explique-t-elle.

>
Les Françaises au lit - Faire l'amour Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : RTL Originals | Date :
À lire aussi
Fantasmer un acte de soumission est-il honteux ? Sexo
Sexe : 5 raisons de ne pas avoir honte de ses fantasmes

Danielle, 75 ans, raconte de son côté qu'une simple caresse au niveau de son sexe peut suffire à la faire jouir. Pourquoi donc parler de "préliminaires" quand on sait que ce n'est pas forcément la pénétration qui permet aux femmes d'atteindre l'orgasme ? Parce que ce mot implique que l'on prépare le corps (notamment celui des femmes) à être pénétré pour le propre plaisir de l'homme. Il s'agirait alors d'un vision de la sexualité centrée sur l'homme et son plaisir sexuel à lui uniquement.

Oser sortir du schéma imposé

"Dans l’utilisation du mot préliminaire, on a un problème", estime de son côté Axelle Romby dans le podcast Les Françaises au lit. "À partir du moment où l'on considère l’ensemble des autres pratiques qui sont des préliminaires, ça amène l’ensemble de ses pratiques à la pénétration c’est un peu la figure imposée du patinage artistique."

"Pour moi il n'y a pas de préliminaires", illustre Elody. "On se connecte, on rentre dans une intimité, ce n'est pas la pénétration qui est la sexualité ou faire l’amour. Il y a tellement d’espaces possibles ne serait-ce que par le regard, le toucher, le massage, des espaces de découvertes qui me plaisent." 

Ces interrogations sur l'usage du mot "préliminaires" et de la pratique de la pénétration ne constituent pas uniquement des batailles de vocabulaire et des revendications féministes. Elles permettent également aux femmes comme aux hommes, en démystifiant l'acte sexuel et en sortant des schémas imposés, de trouver leurs propres façons de prendre du plaisir. 

"Je suis contente d’avoir rencontré et discuté avec plein de personnes", témoigne Céline, "et d’avoir osé casser ce schéma pour trouver ma façon à moi de faire l’amour".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexo Sexualité Sexe
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants