3 min de lecture Société

Pourquoi le "féminisme" a-t-il été désigné mot de l'année 2017 aux États-Unis ?

Ce mot a été porté par les attaques verbales de Donald Trump contre des femmes, ainsi que par l'avalanche d'accusations d'agressions sexuelles dans le sillage de l'affaire Harvey Weinstein.

Le féminisme contre Donald Trump
Le féminisme contre Donald Trump Crédit : Unsplash/Dakota Corbin
Arièle Bonte
Arièle Bonte
et AFP

Il était sur toutes les lèvres de 2017 aux États-Unis. Le mot "féminisme" vient d'être désigné par le groupe Merriam-Webster, propriétaire du Dictionnaire Webster, comme le "mot de l'année" dans ce pays où son président attaque les femmes à grands coups de joutes verbales sexistes (on se souvient du "nasty woman" adressé à l'encontre de Hillary Clinton en plein débat de campagne présidentielle en 2016).

C'est ce même pays qui se voit également secoué de tous les côtés par une avalanche d'accusations d'agressions sexuelles, dans le sillage de l'affaire Harvey Weinstein.

Si "féminisme" se voit attribuer cet honneur, c'est parce que le mot a été l'un des plus consultés tout au long de l'année, dévoile dans un communiqué le plus important dictionnaire américain. Ce dernier publie chaque année ce palmarès, sorte d'Oscar de la linguistique. 

D'abord entré dans le dictionnaire Webster en 1841 sous la définition "qualités des femmes", "féminisme" signifie aujourd'hui "la théorie de l'égalité des sexes en matière politique, économique et sociale" et "l'activité organisée au nom du droit des femmes et de leurs intérêts". 

L'un des plus grands sujets de discussion

À lire aussi
Des Femen se sont enchaînées au Pont des Arts à Paris ce vendredi Paris
DIAPORAMA - Saint-Valentin : des Femen s'enchaînent pour dénoncer les féminicides

Ce mot - avec sa juste définition - est de plus en plus populaire aux États-Unis depuis que la chanteuse américaine Beyoncé a posé devant ces huit immenses lettres blanches lors de l'édition 2014 des MTV Video Music Awards. Il a cependant fallu attendre 2017 pour que ce terme soit sacré par le dictionnaire. 

En cause ? La situation des femmes a été l'un des grands sujets de discussion en 2017 aux États-Unis. Fin janvier, plusieurs centaines de milliers de personnes avaient défilé dans le pays après l'investiture de Donald Trump. 

Nombre d'entre elles portaient des bonnets roses à oreilles de chat ("pussy hats"), devenus le symbole de l'opposition au nouveau président.

Le terme "pussy", ("chat" ou le sexe féminin, en français) avait été avait utilisé par Donald Trump dans une vidéo datant de 2005. Cette dernière était sortie de l'ombre pendant la campagne présidentielle. On pouvait y entendre Donald Trump se vanter de pouvoir "attraper" les femmes "par la chatte".

Une manifestante porte un "pussy hat" lors de la Marche des Femmes à Washington en janvier 2014
Une manifestante porte un "pussy hat" lors de la Marche des Femmes à Washington en janvier 2014 Crédit : Unsplash/roya ann miller

De la pop culture aux scandales sexuels et à la politique

Le mot "féminisme" est resté dans l'actualité grâce à Hollywood, avec la sortie au printemps du film Wonder Woman où la super-héroïne était interprétée par Gal Gadot, et le succès de la série La Servante écarlate (The Handmaid's Tale).

Cette dernière série dépeint une société américaine basculant dans une dictature ultra-conservatrice, menée par une caste qui use de l'esclavage sexuel pour se perpétuer.

Le mot s'est ensuite définitivement imposé avec les accusations d'agressions sexuelles contre le célèbre producteur Harvey Weinstein et les nombreuses autres allégations qui ont suivi dans le monde du spectacle, de la politique et des médias.

L'annonce du groupe américain, mardi 12 octobre, intervient à point nommé. Roy Moore, un ultra-conservateur connu pour son activisme religieux était candidat à cette même date à une élection sénatoriale en Alabama. Ce dernier est accusé d'attouchements sur des mineures, commis à la fin des années 1970.

Le candidat républicain, soutenu par Donald Trump, s'en est également pris dans la matinée du 12 décembre à une sénatrice démocrate, affirmant dans une formulation ambiguë qu'elle était "prête à tout" pour de l'argent. Roy Moore s'est incliné face au candidat démocrate Doug Jones dans cet état historiquement républicain. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société États-Unis Féminisme
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants