3 min de lecture LGBT

"De Max à Maxine", la série qui montre une enfant en transition

NOUS L'AVONS VUE - Diffusé le 13 février sur 6ter, cette série britannique en trois épisodes raconte l'histoire de Maxine, 11 ans, une petite fille trans.

Anna Friel et Callum Booth-Ford dans "De Max à Maxine"
Anna Friel et Callum Booth-Ford dans "De Max à Maxine" Crédit : Ben Blackall 2018
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

C'est une histoire inédite à la télévision : celle d'une enfant trans qui fait son coming-out à sa famille et tente de vivre dans un genre qui, aux yeux de tous et de toutes, n'est pas le sien. Maxine, 11 ans, est l'héroïne de cette mini-série britannique en trois épisodes et diffusée sur 6ter ce mercredi 13 février.

Assignée "garçon" à la naissance, d'abord prénommée "Max", Maxine (Callum Booth-Ford) aime "les trucs de filles", comme le disent ses parents, séparés. Alors que la mère autorise son enfant à porter à la maison seulement des vêtements empruntés au rayon féminin, le père ne supporte pas l'inévitable. Maxine est née dans le mauvais corps et va, petit à petit, assumer son identité au risque d'être rejetée par des membres de sa famille ou par ses camarades de classe.

De Max à Maxine coche alors toutes les cases du drame auquel on peut s'attendre, ne lésine pas sur les clichés mais à le mériter de montrer une réalité encore aujourd'hui taboue : celle des enfants trans qui assurent, avant même leur puberté, qu'ils ou elles sont nées dans le mauvais corps, à l'image de la youtubeuse Jazz Jennings ou encore Avery Jackson qui, a seulement 9 ans, faisait la couverture du National Geographic pour son numéro spécial "révolution du genre" en décembre 2016. 

À lire aussi
Lorenzo Lefebvre et Marilyn Lima dans "Bang Gang" de Eva Husson Netflix
Sexe : 4 films qui questionnent la sexualité à voir sur Netflix
>
Butterfly Trailer VO 2018 HD

Une série pour éduquer le grand public

Au moment de sa diffusion sur les télévisions britanniques en octobre dernier, De Max à Maxine a reçu de nombreuses élogieuses critiques. Le travail d'écriture a été effectué avec l’association Mermaids et sur la base d'entretiens avec des familles dont l'un des membres est trans.

Objectif : "éduquer, informer et divertir", a détaillé Tony Marant, le créateur et scénariste de la série, au Huffington Post. "J'espère que les gens vont mieux comprendre ce qu'implique une transition. Ce n'est pas un parcours que l'on choisit", a-t-il ajouté. 

La série devrait également aider des enfants et leurs familles. Au Royaume-Uni, elle aurait déjà fait le travail. Selon Susie Greene, CEO de Mermaids et consultante sur la série, les appels et les e-mails envoyés à son association ont doublé après sa diffusion, peut-on lire dans une interview qu'elle a donnée au magazine GQ

Dans une interview pour la BBC, l'activiste trans Paris Lees estime de son côté que cette fiction "reflète les vies de ces gens et que les autres ont besoin de savoir ce que ces familles traversent". L'activiste espère même que la série puisse "changer la donne" pour les personnes trans.

Callum Booth-Ford dans le rôle de Maxine
Callum Booth-Ford dans le rôle de Maxine Crédit : Ben Blackall 2018

Une vision réductrice de la transition ?

Mais De Max à Maxine n'a pas été encensée par tout le monde. Des groupes de personnes se sont indignés contre ce qu'ils appellent une "propagande" et estiment que les inhibiteurs d'hormones (ils sont chargés de retarder la puberté des enfants et sont administrés à Maxine dans la série, contre l'avis des médecins) sont dangereux et peuvent conduire à une infertilité.

D'un autre côté, sans tomber dans la théorie du complot, on peut se questionner sur certains choix artistiques voulu Tony Marchant.

Comme Lara dans Girl, premier long métrage de Lukas Dhont présenté au Festival de Cannes l'année dernière, Maxine, en plus de tenter de se suicider, mutile son corps et tout particulièrement son pénis.

À partir de là, en plus d'offrir une vision horrifique de la transition, la série présente l'intervention médicale comme l'unique solution tandis que l'aspect social et psychologique d'une transition semble plus négligé et se résume pour Maxine à : porter un uniforme "de fille" pour aller à l'école, ne plus se rendre dans les toilettes des garçons, enfiler des vêtements uniquement roses, se maquiller et porter une barrette dans ses cheveux. Ne serait-ce pas un peu réducteur, en plus d'être très stéréotypé ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
LGBT Séries Société
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796362419
"De Max à Maxine", la série qui montre une enfant en transition
"De Max à Maxine", la série qui montre une enfant en transition
NOUS L'AVONS VUE - Diffusé le 13 février sur 6ter, cette série britannique en trois épisodes raconte l'histoire de Maxine, 11 ans, une petite fille trans.
https://www.rtl.fr/girls/identites/de-max-a-maxine-la-serie-qui-montre-une-enfant-en-transition-7796362419
2019-02-11 09:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/38KPZzG4BeDznyCCZw_pfQ/330v220-2/online/image/2019/0128/7796365448_anna-friel-et-callum-booth-ford-dans-de-max-a-maxine.jpg