1. Accueil
  2. Crise en Ukraine : comment les sanctions contre la Russie vont impacter notre facture de gaz
3 min de lecture

Crise en Ukraine : comment les sanctions contre la Russie vont impacter notre facture de gaz

Les sanctions occidentales commencent à tomber sur la Russie, en rétorsion à l’invasion de l’Ukraine. Parmi celles-ci, le blocage du gazoduc Nord Stream 2 par l’Allemagne. Un blocage qui a des conséquences sur notre facture de gaz.

Gazoduc Nord Stream
Gazoduc Nord Stream
Crédit : AFP
Crise Ukrainienne : comment les sanctions contre la Russie vont impacter notre facture de gaz ?
00:04:01
François Lenglet - édité par Philippine Rouvière Flamand

Nord Stream 2 est un gigantesque tuyau qui relie la Russie à la côte baltique du Nord de l’Allemagne. C'est un gazoduc qui achemine du gaz naturel de la Russie jusqu'à l'Europe. La Russie est en effet le premier producteur de gaz mondial, et de loin le premier fournisseur de l’Europe : 40 % de notre consommation vient des réserves russes.

Ce gaz arrive par plusieurs gazoducs : un qui vient de Sibérie, un qui traverse l’Ukraine, et Nord Stream 1 et 2, qui passent sous la mer Baltique. Cela représente 1.200 kilomètres de tube enterrés sous l’eau, des années de travaux et un coût 10 milliards d'euros.

La rédaction vous recommande

Nord Stream 2 appartient à Gazprom, qui est le producteur de gaz public russe. Le Gazoduc a été financé en partie par des sociétés occidentales comme Engie (anciennement gaz de France) en particulier.

Des travaux terminés depuis peu

Les travaux du gazoduc ont été achevés en septembre dernier, et l’installation attendait son homologation par la Bundesnetzagentur, le gestionnaire du réseau allemand. Cette homologation a été retardée par les élections allemandes, et est désormais suspendue par la crise ukrainienne.

À lire aussi

Il peut transiter 55 milliards de mètres cube par an par ce tuyau, ce qui est énorme. L’Allemagne d'Angela Merkel l’avait conçu comme une solution de remplacement au nucléaire, puisque l'ancienne Chancelière a fait fermer tous les réacteurs existants après la catastrophe de Fukushima. L’industrie allemande utilise largement le gaz, tout comme plus de la moitié des ménages, pour se chauffer. Donald Trump avait interdit sa mise en service, justement parce qu’il redoutait la dépendance de l’Europe vis-à-vis des Russes, mais Joe Biden a levé les sanctions en arrivant.

Conséquences de la crise ukrainienne sur l'Europe

La Russie alimente en priorité l’Allemagne, mais aussi toute l’Europe, qui se trouve doublement prise. Car non seulement le gaz de Nordstream va manquer, mais les autres tuyaux risquent de subir des dommages collatéraux de la crise. Celui qui traverse l’Ukraine pourrait être endommagé, et les autres pourraient tout simplement être coupés ou moins alimentés par la Russie elle-même, en mesure de rétorsion. C’est d'ailleurs ce que fait Moscou depuis l’été dernier, et c’est l’un des facteurs qui explique la montée des prix extraordinaire : ils ont été multipliés par quatre. Moscou fait ainsi sentir son pouvoir.

Les sanctions contre la Russie peuvent donc se retourner contre nous. C’est le résultat d’années d’inconséquences, où l’Allemagne, sous la houlette d'Angela Merkel, a méthodiquement construit sa dépendance au gaz russe. En cause : l’arrêt des centrales nucléaires allemandes, décidé sur un coup de tête, sans aucun plan de substitution. L'ancienne Chancelière allemande n'est pas la seule responsable, bien que ce soit elle qui ai demandé la construction de Nordstream, mais il y a aussi son prédécesseur, Gerhard Schröder, qui est payé par les industriels des hydrocarbures russes depuis des années.

Les conséquences pour la France

En France, les conséquences des sanctions contre la Russie ne devraient pas se faire sentir avant l'hiver prochain. Le premier fournisseur de l'hexagone est la Norvège, la Russie, quant à elle, ne représente que 17%.

La semaine dernière, les réserves d'un de nos sites de stockage dans l'Oise, qui appartient à Engie, étaient à 30%. Rien d'anormal à la fin de l'hiver comme aujourd'hui. Mais ces gigantesques carrières naturelles vont devoir être remplies cet été, pour l'hiver prochain. Si la situation actuelle avec la Russie ne change pas ou s'empire, nous seront peut-être obligés de faire venir le gaz liquéfié par bateau. Ce gaz pourrait venir des Etats-Unis ou d'ailleurs. Une solution qui serait sans doute sensiblement plus chère. Au bout de la crise ukrainienne, il y a notre facture de gaz.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/