1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. La Commission européenne classe le nucléaire comme une énergie propre
3 min de lecture

La Commission européenne classe le nucléaire comme une énergie propre

La Commission européenne a adopté ce mercredi 2 février le projet de "label vert" pour le nucléaire, permettant de reconnaître son utilité pour lutter contre le réchauffement climatique.

Une centrale nucléaire (illustration)
Une centrale nucléaire (illustration)
Crédit : AFP / Archives, Éric Lalmand
La Commission européenne classe le nucléaire comme une énergie propre
00:08:31
Marine Derquenne & AFP

Malgré les protestations, la Commission européenne a adopté ce mercredi 2 février le texte visant à créer un "label vert" pour les centrales nucléaires et au gaz afin de reconnaître, sous certaines conditions, leur contribution à la lutte contre le réchauffement climatique.


Autrement dit, les banques et les fonds d'investissements pourront continuer de financer le nucléaire, classé désormais dans les énergies propres. 

Le projet divise les États membres de l'UE et a provoqué la colère des entreprises et de nombreuses ONG environnementales. Le texte a pour but d'aider à mobiliser des fonds privés vers des activités réduisant les gaz à effet de serre. Il permettra de classer les investissements dans les centrales nucléaires ou au gaz en investissements "durables" et leur octroyer les avantages de la finance verte. Un privilège qui était jusqu'ici exclusivement réservé aux énergies renouvelables.

Un "label vert" très controversé

Le texte était vivement soutenu par la France, la Pologne, la République Tchèque qui souhaitent relancer leur filière nucléaire. Le texte leur permettra de réduire drastiquement les coûts de financement des projets à venir. 

À écouter aussi

La commissaire européenne aux services financiers, Mairead McGuiness, a affirmé que "nous franchissons une nouvelle étape importante dans la transition [...]. Nous devons utiliser tous les outils à notre disposition, car nous avons moins de trente ans pour y parvenir". Le journaliste économique Martial You pense qu'il faut "favoriser au maximum toutes les énergies non carbonées si l'on veut tenir les objectifs zéro carbone en 2050". 

Martial You s'interroge : "qu'est-ce qui est le plus dangereux d'ici à 30 ans, le risque de réchauffement climatique ou le risque d'accidents nucléaires ? Le compte à rebours est lancé". Selon lui, il faut sortir de l'air du charbon et du pétrole, et pour cela, il faut utiliser le nucléaire en attendant d'autres énergies renouvelables.

Le Danemark, les Pays-Bas et la Suède ont contesté ce "label vert" pour le gaz. L'Autriche, quant à elle, va porter plainte contre la création de ce "label vert" pour les centrales nucléaires. Les écologistes dénoncent l'inclusion des centrales à gaz dans ce label qui sont émettrices de CO2, et des centrales nucléaires, en raison des risques de déchets radioactifs et d'accidents.  

Le texte comporte tout de même de nombreuses restrictions afin d'encadrer ce "label vert" et ses dérives.

Les limites du "label vert"

Le texte ne concerne que la construction de nouvelles centrales pour la production d'électricité ou les travaux pour les centrales déjà existantes. La gestion du cycle du combustible, pourtant cruciale, est exclue.

Pour encourager le recours le plus rapidement possible aux nouveaux réacteurs de 4ème génération, la Commission européenne a fixé une date limite pour obtenir un "label vert". Autrement dit, pour les nouvelles centrales nucléaires, la labellisation ne pourra s'appliquer qu'aux projets qui auront obtenu un permis de construire avant 2045. En ce qui concerne les centrales déjà existantes, le permis de les prolonger devra avoir été autorisé avant 2040. Ces dates limites pourront être repoussées "selon les progrès dans le développement de ces technologies".
 
Enfin, le "label vert" pourra uniquement être accordé pour les projets nucléaires qui mettront en œuvre les meilleures technologies disponibles. À partir de 2025, les projets qui recourront à des combustibles résistant aux accidents seront privilégiés. 

Le recours au traitement et stockage des déchets ainsi que le démantèlement des installations en fin de vie font partie des conditions pour labelliser les projets de construction et de renouvellement des centrales. 

Chaque projet détaillé sera contrôlé par la Commission européenne qui analysera la conformité du projet aux critères fixés. Enfin, le texte réclame plus de transparence sur les activités dans le secteur du nucléaire des entreprises. 

Pendant une période de quatre mois, le Parlement européen pourra rejeter le texte s'il rassemble une majorité de 533 députés sur 705. Le Conseil européen pourra également s'y opposer s'il réunit 20 états membres... ce qui paraît néanmoins hors de portée. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/