1. Accueil
  2. A-t-on plus de risques d'être heurté par un astéroïde que de mourir de la Covid ?
2 min de lecture

A-t-on plus de risques d'être heurté par un astéroïde que de mourir de la Covid ?

Chaque matin, RTL démêle les fausses informations. Non, nous n'avons pas plus de risques de mourir frappés par un astéroïde que de mourir de la Covid-19.

Un astéroïde (illustration)
Un astéroïde (illustration)
Crédit : @Nasa
Non, nous n'avons pas plus de risques de heurter un astéroïde que de mourir de la Covid
02:59
Non, nous n'avons pas plus de risques de heurter un astéroïde que de mourir de la Covid
02:58
micro générique
Jean-Mathieu Pernin - édité par William Vuillez

Y a-t-il moins de chance de mourir de la Covid que de voir la Terre frappée par un astéroïde ? C’est une fausse information qui revient régulièrement comme une musique que vous entendez et qui vous fait dire : "Ah ben oui bien sûr". Le mélange astéroïde/Covid fait son effet et est au cœur d'un millier de partages de publications sur Facebook depuis octobre dernier. 

Le texte est le suivant : "Il serait peut-être temps de remplacer votre masque par un casque", selon la NASA "les chances que la Terre soit frappée par un astéroïde sont de 0.042 %", tandis que "les chances de mourir de la Covid-19" seraient "de 0,026%". Il y a des gens qui sont vraiment bien renseignés. Quelques recherches permettent de trouver la source de cette affirmation. Il s'agit en réalité d'une référence à un astéroïde connu sous le nom de 2018VP1, et que les équipes de la Nasa suivaient avec attention dans le courant de l'année passée. 

Le risque qu'il entre en collision avec la Terre au tout début du mois de novembre était évalué à 0,041% explique l'AFP. Le risque évalué était par ailleurs celui de l'entrée de l'astéroïde dans l'atmosphère terrestre, et non un risque de collision. Il s’agit d’une comparaison légèrement bancale.

Une statistique "tirée par les cheveux"

Contrairement aux chutes d'objets venus de l'espace, qui peuvent toucher des individus sans distinction, d'âge, d'origine ou d'état de santé, le virus se révèle bien plus dangereux pour certains individus que pour d'autres. On sait qu’il touche davantage les plus âgés que les plus jeunes. Il y a une multitude de critères relatifs à la santé, aux origines ou à la morphologie. En surpoids ou plutôt maigre, antécédents cardiaques, des problèmes respiratoires récurrents. Des pathologies chroniques ont-elles été enregistrées dans notre famille par le passé ? Autant de questions que ne se pose pas la météorite qui tombe et voit ce qu’il se passe ensuite.

À lire aussi

Le président du Conseil supérieur de la statistique en Belgique, interrogé par l'AFP, estime que le chiffre de 0,026% "est tiré par les cheveux". Un chiffre qui confond mortalité et létalité. Cette intox refait son apparition, car comme en novembre, un astéroïde s’approche de la terre et la frôlera… à deux millions de kilomètres de distance le 21 mars prochain et certains doutent encore de la létalité du virus, un après donc on fait un mélange des deux. 

Selon Science et Vie, la probabilité annuelle qu’un terrien soit touché directement par une météorite est de 1 sur 100 milliards. Il peut y avoir des dégâts provoqués par ces chutes mais qu’un être soit touché directement est très rare. Le cas d’un Indien conducteur de bus percuté par un objet céleste en 2016 fait encore débat. Concentrons nous sur la Covid.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/