2 min de lecture Télévision

"Intervilles" : les anciens animateurs du jeu déplorent le retrait des vachettes

VU DANS LA PRESSE - Après l'annonce de Nagui d'une nouvelle version du jeu télévisé en 2020 sans vachettes, de nombreux anciens présentateurs, tels que Patrice Laffont et Julien Lepers, se sont étonnés de cette décision, assurant du bon traitement des animaux.

Patrice Laffont, ex-animateur du mythique jeu télévisé estival.
Patrice Laffont, ex-animateur du mythique jeu télévisé estival. Crédit : Jack Guez / AFP
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini

Intervilles sans le traditionnel "Top à la vachettes" est-il toujours Intervilles ? Pas vraiment si l'on en croit les réactions des anciens animateurs du célèbre jeu créé par Guy Lux en 1962. L'émission culte de l'été va revenir en 2020 sur France 2 après 11 années d'absence, mais sans les mythiques vachettes

En effet, c'est Nagui qui va produire cette nouvelle version du jeu, présentée par Bruno Guillon, Valérie Bègue et Olivier Minne. Fervent défenseur de la cause animale, il ne souhaite pas voir revenir les symboliques vachettes, devenues les mascottes du jeu télévisé, dans cette nouvelle mouture de l'émission. "Il n'y aura plus de vachettes !", avait très vite confirmé Olivier Minne dans Télé Loisirs, précisant que "ça a été très clair dès le départ".

Un choix qui suscite l'incompréhension des anciens animateurs du jeu. Julien Lepers, qui a animé le jeu télévisé mythique de 2006 à 2008, nie toute maltraitance des vachettes. "Jamais, je n'ai vu un signe qui pourrait être considéré comme de la souffrance animale", assure l'animateur dans Le Parisien. En 2006, l'animal était même au cœur du générique de l'émission.

Intervilles sans les vachettes, ce n'est plus Intervilles

Patrice Laffont, ancien animateur du jeu télévisé, dans Le Parisien.
Partager la citation

"Je n'ai vu personne donner un coup de pied au cul des vachettes", confirme dans le quotidien Patrice Laffont, qui a coprésenté le jeu en 2005 avec Nagui. Pour lui, "Intervilles sans les vachettes, ce n'est plus Intervilles". Selon Nelson Monfort, lui aussi à l'animation du jeu pendant quelques années, "les vachettes font partie intégrale du folklore de l'émission". 

À lire aussi
Salto est la prochaine plateforme de streaming de TF1, M6 et France Télévisions, Télévision
Salto : prix, programmes, inédits... 4 questions pour tout comprendre

Dans le sud de la France également, les réactions indignées se sont multipliées à l'annonce de la disparition des animaux dans la célèbre émission, présentée à l'origine par Guy Lux et Léon Zitrone. L’Union des Villes Taurines Françaises, qui réunit une cinquantaine de communes, a publié un communiqué dénonçant une "version édulcorée stigmatisante pour la culture taurine" et appelé au boycott d'Intervilles. Elle compte parmi ses membres principaux des villes cultes du jeu, comme Mont-de-Marsan et Dax.

Il y a un truc qui s'appelle la télécommande. Ils pourront regarder ou pas

Nagui, le 3 février sur France Inter.
Partager la citation

Pas question de changer d'avis du côté du producteur de l'émission. "Je tremble", a assuré avec avec ironie Nagui le 3 février dans L’instant M de France Inter. "50 villes... c'est 50 maires ou 50 participants de cette association, ce n’est pas les habitants de la ville. Il y a un truc qui s'appelle la télécommande. Ils pourront regarder ou pas", conclut l'animateur de France 2.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision Médias Animaux
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants