1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. "Intervilles" : vingt ans après, Olivier Chiabodo accuse TF1 et Gérard Louvin
2 min de lecture

"Intervilles" : vingt ans après, Olivier Chiabodo accuse TF1 et Gérard Louvin

Accusé de tricherie, l'ex-animateur, qui a déposé une plainte pour "harcèlement moral", aurait reçu des menaces de mort de la part de Gérard Louvin, le producteur.

L'animateur Olivier Chiabodo lors du tournage de l'émission "Intervilles".
L'animateur Olivier Chiabodo lors du tournage de l'émission "Intervilles".
Crédit : SUREAU/TF1/SIPA
François Quivoron

Vingt ans après, la polémique Intervilles refait surface. Olivier Chiabodo, l'ex-animateur de la célèbre émission, a décidé de donner sa version des faits. En 1997, il est accusé de tricherie, après des révélations du Canard Enchaîné, pour avoir favorisé une équipe participant à ce jeu télévisé très populaire. C'est la fameuse séquence des trois doigts déployés sur son jean en pleine émission, un signe censé donner la bonne réponse à l'équipe du Puy-du-Fou.

Vingt ans après, Olivier Chiabodo a déposé une plainte contre X pour "harcèlement moral" à Nanterre, d'après une information du journal Le Parisien. Dans la procédure, il cite TF1, son ex-employeur et diffuseur de l'émission Intervilles, et Gérard Louvin, le producteur, qui lui aurait proféré des menaces de mort en 2010. Licencié par TF1 dans la foulée de la polémique en 1997, Olivier Chiabodo signe un an plus tard un accord de confidentialité avec la première chaîne. Cet accord prévoit un silence total des deux parties.

Gérard Louvin dénonce des accusations "ridicules"

Mais TF1 musèle Olivier Chiabodo pendant vingt ans, entre collaborations et "placardisations". C'est ce que dénonce son avocat, Me Yassine Maharsi : "Mon client a longtemps gardé le silence, par contrainte. Pendant des années, TF1 oscillait entre diverses pressions morales et multiples promesses professionnelles, créant un climat de tension insupportable. Après avoir rencontré l'opprobre, puis l'isolement, Olivier Chiabodo souhaite aujourd'hui rencontrer la justice et, ainsi, révéler ce qu'il sait."

L'ex-animateur, aujourd'hui âgé de 54 ans, accuse TF1 d'avoir acheté son silence. Selon lui, Gérard Louvin, le producteur, serait le responsable de la tricherie. D'après Le Parisien, Olivier Chiabodo raconte qu'il portait une oreillette au cours des tournages d'Intervilles et qu'il exécutait alors les ordres soufflés par Gérard Louvin. Ce dernier, qui aurait également signé l'accord de confidentialité en 1998, juge ces accusations "ridicules".

À lire aussi

De son côté, TF1 dit "ignorer tout" de la plainte déposée par Olivier Chiabodo, alors qu'une procédure de contentieux entre les deux parties est en cours devant les prud'hommes. La première chaîne, qui a licencié l'ex-animateur en janvier dernier, lui reproche d'avoir exercé des activités en parallèle de son contrat.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/