3 min de lecture People

Diego Maradona : el Pibe de Oro aux 1001 vies

PODCAST - Diego Maradona est décédé à l'âge de 60 ans d'un arrêt cardiaque. Confidentiel revient sur la vie du ballon d’or argentin, considéré comme le meilleur joueur de tous les temps.

Jean-Alphonse Richard Confidentiel Jean-Alphonse Richard iTunes RSS
>
Diego Maradona : el Pibe de Oro aux 1001 vies Crédit Image : STAFF / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard et Marie Bossard

Il était une légende du football argentin. Une légende du sport. À 60 ans, et quelques jours après être sorti de l'hôpital suite à une opération à la tête, Diego Maradona est décédé d'un arrêt cardiaque. Surnommé "El Pibe de Oro" (le gamin en or), Maradona aura illuminé l'histoire de son sport. De lui, restera l'image d'un ange talentueux, adulé par le peuple argentin et la famille du football. Un ange, dont les démons n'étaient jamais loin, en proie aux déclarations tapageuses et aux excès en tout genre.

Diego Armando Maradona est le cinquième enfant et premier garçon de la famille. Son père, Don Diego, et sa mère, Dona Tota, sont des paysans sans le sou, venus chercher du travail et une vie meilleure dans les faubourgs de Buenos Aires. La maison, sans eau courante, est plantée au cœur de la Villa Fiorito, un bidonville surpeuplé et insalubre. Le père du petit Dieguito trime sur des chantiers de construction. Trois pesos à l'heure dans la boue et la poussière. Maman, elle, fait des ménages et des lessives.


Depuis ses premiers pas, il n'y a que le football qui intéresse Diego Maradona. Sur une esplanade désolée où viennent jouer les garçons du bidonville, Diego est celui qui court toujours plus vite que les autres. Il est tout petit. Un corps râblé porté par des cuisses disproportionnées. Un lutin trapu aux cheveux noirs bouclés qui esquive les coups comme personne. Rebondit comme une balle de caoutchouc. "La pelusa", la peluche, comme l'a surnommé son père, pourrait courir des journées entières sur ce terrain de misère. Sans s'arrêter. Sans jamais s'essouffler.

Diego Maradona n'a que dix ans quand il se rend, avec un ami d'enfance, aux journées de détection d'Argentinos Junior, un club local. Aux pieds, il porte des chaussures tellement usées qu'on croit qu'elles vont se déchirer au premier tir. Dès qu'il commence à jouer, les dirigeants du club sont subjugués. "Je n'avais jamais vu un gamin aussi doué", s'exclamera l'un d'eux. Personne ne croit que ce petit bonhomme a seulement dix ans : son jeu est si précis. On lui demande ses papiers. Il n'en a pas. Un extrait de naissance, tout froissé, retrouvé dans un tiroir par sa mère, permettra à Diego de devenir footballeur.

En football, on passe vite de la critique à l'adoration"

Diego Maradona
Partager la citation

Diego Maradona brûle les étapes. À seize ans, il fait ses grands débuts en première division. Il triomphe avec son club, Argentinos Junior, dont il devient le chouchou, la mascotte, le Pibe de Oro, le gamin en or, comme le surnommeront un jour les Espagnols. À dix-sept ans, il vaut déjà 2,5 millions de dollars. Les grands clubs européens, le Barça en Espagne, Sheffield United en Angleterre, lui font les yeux doux. À dix-neuf ans, Diego Maradona est élu meilleur joueur du continent sud américain. Le plus jeune de l'histoire. Même le roi Pelé n'avait pas eu un tel honneur.

À lire aussi
people
Harry Brant, le fils de la mannequin Stephanie Seymour, est décédé à 24 ans

Une hystérie collective s'empare vite de la personne de Diego Maradona. Cet ange chevelu qui embrasse les enfants, panse les plaies de tout un peuple, fait oublier les mauvais jours, la misère, les fins de mois difficiles… Une aubaine pour les militaires au pouvoir en Argentine, bien décidés à se servir de l'image de Maradona pour adoucir celle de la dictature. Du jour au lendemain, Diego Maradona devient donc un enjeu politique. La junte au pouvoir le considère comme un trésor national. Le footballeur se retrouve malgré lui en cage, interdiction de laisser s'envoler dans un club européen cet oiseau de feu. Maradona n'a pas le choix. Il se plie au véto des généraux. Il oublie donc ses rêves d'évasion, quitte à ronger son frein. "Je me sens asphyxié", dira-il un jour.

Le 29 juin 1986, le gamin des bidonvilles soulève la Coupe du Monde devant les 114.000 spectateurs du stade Azteca à Mexico. "J'ai rarement été aussi heureux que durant ce mois là. Avant c'était Maradona sans palmarès, après ce fut Maradona champion. En football, on passe vite de la critique à l'adoration", dira t-il plus tard. L'histoire de Diego Armando Maradona aurait pu s'arrêter sur ce triomphe. Entré au Panthéon des plus grands footballeurs, l'Argentin serait une icône intouchable et vaporeuse. Un rêve absolu de réussite pour des générations de jeunes joueurs. Mais Maradona ne va pas rester longtemps dans ces limbes inaccessibles...

L'invité "Confidentiel"

Alexandre Juillard, journaliste indépendant basé en Amérique Latine. 

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
People Football Diego Maradona
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants