2 min de lecture People

Stallone : "Je n'ai jamais pu quitter mes personnages... Les quitter, c'est mourir"

PODCAST - "Confidentiel" par Jean-Alphonse Richard. Sylvester Stallone n'a jamais été un héros. Lui qui a passé son temps au cinéma à être le plus fort, a pris dans sa vie plus de coups qu'il n'en a donnés. Lui qui a toujours volé au secours des autres, n'a jamais réussi à sauver personne. Ni lui-même, ni ceux qu'il aimait. Comme si, malgré les muscles, malgré Rocky, malgré Rambo, la victoire n'avait cessé de lui échapper...

came´ra- Confidentiel Confidentiel Jean-Alphonse Richard iTunes RSS
>
Sylvester Stallone : "Je n'ai jamais pu quitter mes personnages... Crédit Image : Valery Hache / AFP | Crédit Média : Jean-Alphonse Richard | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard édité par Amandine Lemaire

Michael Sylvester Gardenzio Stallone est né le 6 juillet 1946 à New York, dans le quartier mal famé de Hell's Kitchen qui signifie la cuisine de l'Enfer. Son père, Frank Stallone, est un immigré italien, garçon coiffeur dans un salon pour dames. Sa mère, Jackie, d'origine française, est cartomancienne et astrologue.Dans quatre ans, Sylvester aura un petit frère, Frank Junior. Mais à cette époque-là, il aura déjà connu les rudesses, les coups et les injustices de l'existence. 

A l'école, Sylvester Stallone est incapable d'avoir la moindre bonne note...A 12 ans, il a déjà été renvoyé de treize établissements et a été soigné pour onze fractures, aux bras et aux jambes. Face à l'adversité, il n'a effectivement d'autres armes pour se défendre que ses poings et ses pieds. Adolescent incontrôlable qui un jour saute d'un toit avec un parapluie ouvert et se casse le bras. Tellement bagarreur que les professeurs lui prédisent un destin de voyou....Au lycée, il sera même élu un jour "candidat le plus probable à la chaise électrique". Un médecin scolaire décrète que Sylvester accuse un grave retard intellectuel. On le place dans un institut spécialisé dans l'espoir d'une amélioration. Mais rien n'y fait. Sylvester est condamné à n'être rien d'autre qu'une brute sans cervelle...

Sylvester Stallone se souviendra toujours du mot de son père, alors qu'il avait 13 ans : "Tu n'es pas né avec un cerveau très développé, alors tu ferais mieux de commencer à te servir de ton physique". Dans cette famille italo new yorkaise, on aime les hommes forts...Comme Angelo Siciliano, alias Charles Atlas, l'un des premiers culturistes vedettes. Sylvester rêve lui de ressembler à Steve Reeves dans le film Les Travaux d'Hercule. Le jeune garçon se met donc très tôt à travailler son corps comme le font tous les petits boxeurs qui rêvent de gloire. En courant dans les rues et en soulevant des sacs de sable. Ce même entraînement que suivra un jour un certain Rocky..."Je ne me considérais pas comme quelqu'un d'intelligent. On m'a toujours dit que j'étais stupide car je n'ai pas l'air très malin...J'ai donc décidé de tout miser sur le physique" dira Stallone...


Lire la suite
People Sylvester Stallone Cinéma
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants