1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. Le mystère du P de sirop
2 min de lecture

Le mystère du P de sirop

Les lettres muettes à la fin des mots nous jouent mille tours, mais par quel prodige le siroP a-t-il pu donner naissance au verbe siroTer ?

La pancarte des sirops à l'épicerie Salute ! de Villejuif.
La pancarte des sirops à l'épicerie Salute ! de Villejuif.
Crédit : Muriel Gilbert
L'INTÉGRALE - Le mystère du P de sirop (01/10/22)
00:02:58
Muriel Gilbert

Amis des mots, je vais peut-être vous décevoir, mais la langue française n’est pas mon unique passion. J’aime presque autant, par exemple, la gastronomie italienne. Et c’est en entrant dans une délicieuse épicerie italienne où j’ai mes habitudes que j’ai été interpellée par le vendeur (coucou Lorenzo, coucou la boutique Salute de Villejuif !). 

Le pauvre jeune homme était en train de s’arracher les cheveux orthographiques pour rédiger un petit panneau de promotion de ses nouveaux sirops de fruits. Il m’a confié l’objet de son hésitation : "Est-ce que sirop s’écrit bien avec un P à la fin… puisqu’on dit siroTer ?" Ces lettres muettes à la fin des mots sont une plaie, reconnaissons-le ! On dit toujours que, pour les deviner, il suffit de penser à d’autres mots de la même famille : grand donne grandir, donc on sait que grand se termine par un D, enfant donne enfantin, donc enfant se termine par un T…


Mais il y a quantité d’exemples qui ne suivent pas cette règle commode. C’est le cas de sirop, qui pourrait fort bien s’écrire avec un T, comme siroter. Mais regardez, le tabac, qui se finit par un C, devrait se ranger dans une tabaquière… et on dit une tabaTière !
Bon, j’ai rassuré Lorenzo sur l’orthographe de ses sirops, avec un P, histoire qu’il finisse son panonceau et qu’il encaisse mes emplettes, et, dès que je suis rentrée chez moi, tout en grignotant une part de focaccia encore tiède (miam !), je me suis jetée sur mes grimoires pour chercher l’origine de cette énième incongruité de notre orthographe.

Un mot rapporté des croisades

"Pour retrouver la première trace des sirops, il faut remonter au temps des croisades au Moyen-Orient", nous apprend Wikipédia (vous constaterez que mes grimoires sont parfois électroniques !). "À l’époque, les croisés découvrent un breuvage appelé charâb, [qui veut dire] boisson en arabe [pardon pour mon accent arabe, j’ai fait anglais première langue]. Bref, [nos croisés] y prennent tellement goût qu'ils vont conserver le mot en le transformant à la mode occidentale. Charâb devient sirupus [en latin] puis sirop en français".
Au passage, vous aurez compris que le P final de sirop est une trace du sirupus latin. Mais figurez-vous que le verbe siroPer, certes rare, existe bien, c’est "prendre la consistance du sirop". On connaît aussi sirupeux, qui a gardé le P du sirop.

À lire aussi

Fort bien… alors d’où vient le T de siroter ? Car c’est lui qui est bizarre, finalement ! Siroter, ce verbe familier, qui désigne le fait de boire à petites gorgées pour faire durer le plaisir, a été inventé au XVIIe siècle, tout simplement en croyant que sirop s’écrit… avec un T, comme c’est le cas de la plupart des noms en "o" : tricot donne tricoter, complot comploter, mégot mégoter… donc sirop siroter ! Bref, un mot né dans la rue, ou au bistrot, pas sous la plume d’un grammairien. Et une erreur de plus qui a trouvé sa place, tout à fait légitime, dans nos dictionnaires !

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire