1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. Comment masculinise-t-on "sage-femme" ?
2 min de lecture

Comment masculinise-t-on "sage-femme" ?

Sage-femme, sage-homme, homme sage-femme ? On parle souvent féminisation. La masculinisation n’est pas sans poser quelques questions !

Naissance (image d'illustration)
Naissance (image d'illustration)
Crédit : christian-bowen/unsplash
Comment masculinise-t-on "sage-femme" ?
00:03:22
Comment masculinise-t-on "sage-femme" ?
00:03:22
Muriel Gilbert

Aujourd’hui, amis des mots, on revient sur la féminisation des noms de métiers et de fonctions ou plutôt la masculinisation, pour une fois. J’ai reçu un livre à offrir à tous les nouveaux papas : Devenir papa pour les nuls, sans vouloir offenser personne : c’est le nom de la collection bien connue. Vous savez que je regarde toujours les choses par le petit bout linguistique de la lorgnette et là, ce qui a attiré mon attention, c’est le métier d’un des coauteurs, Adrien Gantois. Il est sage-femme, figurez-vous.

C'est une question que l’on me pose souvent, lors de dictées ou de conférences, quand je rencontre des lecteurs de mes livres ou des auditeurs de RTL : "On féminise auteur en autrice, chauffeur de bus en chauffeuse, mais comment masculinise-t-on sage-femme ?"

Les hommes sont encore rares dans cette profession, mais ils existent : ils en représente 2 %. On peut même se demander si ce n’est pas à cause du nom même du métier, qui semble en faire une affaire de femmes exclusivement, que les hommes y sont si peu nombreux – puisque chez les obstétriciens, par exemple, il y a presque autant d’hommes que de femmes.

Si l’on en croit le Larousse 2022, sage-femme est un nom féminin, et la définition est : "Praticienne exerçant une profession médicale à compétence limitée au diagnostic et à la surveillance de la grossesse, et à la pratique de l’accouchement." Le dictionnaire précise quand même que la profession est ouverte aux hommes depuis 1982, et recommande de les appeler "hommes sages-femmes".

Pompeux maïeuticien

À lire aussi

Etrange appellation… D’ailleurs, l’Académie française, au moment de l’ouverture de la profession aux hommes, justement, a proposé un terme bien plus court : maïeuticien. Mais finalement, il est peu employé, jugé peu transparent, pas très parlant, quoi et bien trop pompeux ! Le Petit Robert propose une autre solution : dire "une sage-femme, un sage-femme", comme on dit “une élève, un élève” ou "une malade, un malade", bref considérer qu’il s’agit d’un mot épicène, c’est-à-dire un mot identique aux deux genres.

Certes, "un sage-femme", ça surprend. Parce que c’est (relativement) nouveau. Traditionnellement, les sages-femmes étaient des femmes, bien entendu. Mais, ce n’est pas du tout pour cette raison qu’on les appelle des "sages-femmes". En effet, dans sage-femme, le mot femme représente la patiente, la parturiente, tandis que sage, c’est celle (ou celui !) qui sait, l’experte (ou l’expert) en son domaine. Un peu sur le modèle de garde-malade, si vous voulez. Sage est dérivé du verbe latin sapere, "savoir", qui nous a aussi donné l’Homo sapiens, d’ailleurs, l'être humain moderne, celui qui sait tout (si on veut, ou qui croit tout savoir).

Tiens, justement, encore un truc délicieux qu’on ne sait pas : ce n’est pas un hasard si le savoir et la saveur se ressemblent autant. Tous les deux dérivent du même sapere latin, qui a désigné d’abord ce qui a bon goût, de la saveur, avant d’être employé au sens figuré pour désigner les personnages savants et les sages. Est-ce que ce n’est pas exquis, que le savoir soit une chose savoureuse ? 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/