1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "The Wheel of Time" n'est pas le prochain "Game of Thrones" (et c'est tant mieux)
9 min de lecture

"The Wheel of Time" n'est pas le prochain "Game of Thrones" (et c'est tant mieux)

NOUS L'AVONS VU - La nouvelle série de fantasy d'Amazon ambitionne de devenir un phénomène. Que vaut cette saison 1 ? Critique garantie sans spoiler.

Les personnages principaux de la saison 1 de "The Wheel of Time"
Les personnages principaux de la saison 1 de "The Wheel of Time"
Crédit : Amazon Prime Vidéo
"The Wheel of Time" : la série pour succéder à "Game of Thrones" ?
03:28
"The Wheel of Time" : la série pour succéder à "Game of Thrones" ?
03:24
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud

Oyé, oyé ! La nouvelle grande saga de fantasy arrive sur vos écrans ! Si vous étiez en manque de prophétie, de magie et de seigneur des Ténèbres alors The Wheel of Time (La Roue du Temps) d'Amazon Prime Vidéo est là pour vous. Les trois premiers épisodes de cette saison 1 seront diffusés sur la plateforme de streaming ce 19 novembre 2021 puis il faudra patienter une semaine entre chaque épisode pour venir à bout des 8 épisodes de cette saison. 

Cette première saison ambitionne d'adapter The Eye of The World, le premier tome de la saga littéraire de Robert Jordan. On connaît désormais le potentiel de ces adaptations auprès du public : Le Seigneur des Anneaux, Harry Potter, The Witcher ou Game of Thrones sont passés par là. Pour l'heure, seuls les fans de ces livres de fantasy connaissent les aventures de Moiraine, Rand, Mat, Perrin, Egwene et Nynaeve. Mais grâce avec la série The Wheel of Time, un plus large public va se confronter à la magie et aux aventures épiques de ce groupe de héros aux noms pas toujours facile à prononcer.

Nous avons eu l'occasion de visionner les 6 premiers épisodes de cette saison 1 mais nous allons vous préserver ici des spoilers pour simplement vous donner nos impressions. Vous pouvez donc continuer votre lecture sans crainte.

Le début d'une longue saga...

Tout d'abord, commençons par le commencement. The Wheel of Time n'est pas Game of Thrones. Mais attention, ce n'est pas grave. C'est même une bonne chose. La série de HBO a été un tel phénomène que toutes les séries de fantasy sont comparées aux aventures de Jon Snow, Daerenys, Arya et les autres. Oui, l'ambiance est plutôt médiévale. Oui, il y a de la violence et des trahisons politiques. Oui, il y a de la magie et un "dragon"... Mais les deux séries n'ont - à y regarder de près - rien à voir. D'abord, sur cette histoire de "dragon", il va falloir vous habituer à ne pas croiser de gros lézard volant dans The Wheel of Time. Le seul dragon auquel vous aurez à faire est le "Dragon réincarné", le petit nom poétique de l'Élu de cet univers. Mais il s'agit bien d'un humain. 

À lire aussi

The Wheel of Time est l'une des plus longues séries de fantasy que vous pouvez trouver en librairie. Il a fallu plus de 14 tomes à ses auteurs pour venir à bout de l'intrigue. De quoi occuper les acteurs et Amazon pendant plus d'une décennie si le succès est au rendez-vous. Amazon semble avoir une grande confiance dans ce projet puisque les saisons 2 et 3 ont déjà été commandées

En terme d'intrigue, L'Oeil du Monde (et donc la saison 1 de The Wheel of Time) est bien plus proche du début de la trilogie Le Seigneur des Anneaux. Robert Jordan a toujours admis s'être inspiré de l'œuvre de Tolkien. L'aventure commencera donc dans un petit village bucolique et sans histoire. Un village qui va subir une attaque et qui va provoquer la fuite de notre petit groupe de héros. Une "communauté" (mais sans anneau) va naître... 

Ce groupe est mené par une sorcière, la Gandalf locale : Moiraine Damodred. Cette magicienne ou Aes Sedai (une sorcière très officielle dans le monde de la Roue du Temps) est incarnée à l'écran par nulle autre que l'actrice britannique Rosamund Pike (avec qui RTL a pu discuter à l'occasion du lancement de la série). Dans une série riche en nouveaux visages, elle est le phare hollywoodien qui montrera la voie et ne manquera pas d'attirer les curieux qui l'ont aimé dans Gone Girl, Orgueil et Préjugés ou I Care A Lot plus récemment. Si l'actrice abandonne son célèbre carré blond et sévère pour des cheveux longs et bruns, elle n'a pas oublié de venir avec tout son talent. 

Si les livres nous expliquent rapidement qui est l'Élu de l'histoire et le héros de The Wheel of Time, la série, fait le choix de s'attarder sur Moiraine, la guide de la troupe. Elle cherche le Dragon réincarné, un être capable de faire triompher le Bien ou le Mal selon le camp qui lui mettra le grappin dessus en premier. Rien de moins que le sort du monde est en jeu. Le scénario maintient le suspense sur l'identité du Dragon et les spectateurs qui n'y connaissent rien devront essayer de deviner qui sera l'Élu parmi plusieurs personnages qui vont, au fil des épisodes, démontrer qu'ils détiennent tous des pouvoirs surnaturels.

Une saison 1 très dense

Cette construction sous la forme d'une petite enquête permet à la série d'offrir autre chose qu'une longue fuite et une intrigue très psychologique puisque les livres s'attardent souvent sur les pensées des personnages. Là, l'action est au cœur de la série. Pour dynamiser le tout, le showrunner a même pioché dans les volumes suivants pour intégrer d'autres arcs narratifs et mettre un peu d'intrigue politique dans la série. Il a aussi vieilli les personnages afin de leur permettre de faire plus de choses... On retrouve ici deux ingrédients de Game of Thrones : un peu de sexe (mais The Wheel of Time est à des années-lumières des scènes de bordel de Game of Thrones) et beaucoup de manigances, mensonges et trahisons. Ces ajouts sont heureux. Ils feront peut-être grincer des dents les lecteurs les plus orthodoxes, mais d'un point de vue télévisuel, il s'agit certainement d'un bon choix. 

Puisqu'il est question de dynamisme, il faut bien reconnaître que cette saison 1 va vite. Très vite. Faire rentrer autant de pages en 8 épisodes est un défi. On aurait préféré une saison de 10 épisodes voire plus. On aimerait parfois rester plus longtemps dans tel ou tel lieu. On aimerait explorer les émotions de ce personnage-ci pour gagner en intensité... La question de la construction est très subjective. Les lecteurs trouveront que les choses sont parfois superficielles mais sans doute ne faut-il pas oublier que nous sommes à la télévision. Les enjeux et codes sont différents. Et il faut faire des choix. Mais si nous en voulons plus, c'est sans doute bon signe. 

Il y a aussi eu des ajouts et des modifications par rapport aux livres qui apportent des choses très intéressantes à l'intrigue. Nous n'en dirons pas plus. Les lecteurs auront aussi droit à du suspense..

La petite danse entre Rand et Egwene est très intriguante à observer
La petite danse entre Rand et Egwene est très intriguante à observer
Crédit : Amazon

Un feu d'artifice magique

Le premier épisode nous offre un parfait exemple de cette construction très dynamique. De nombreux éléments sont présentés au public : le Dragon, les Aes Sedai, le Pouvoir unique que seules les femmes peuvent manier, la folie qui touche les hommes qui tentent de l'utiliser, l'armée maléfique aux trousses de nos héros... Tout est présenté de façon claire et le monde qui s'offre à nous est souvent très beau. Les décors naturels sont là et les costumes et accessoires sont de très belle facture. Il y a eu de l'argent investi et ça se voit. Il ne s'agit cependant que d'une saison 1 donc tout n'est pas encore parfait. 

Au rayon des éléments qui vont diviser notons les effets spéciaux. Les batailles sont bien chorégraphiées. Les méchants Trollocs bénéficient de beaux costumes monstrueux embellis par des effets numériques fins. Le Pouvoir unique qu'invoque les Aes Sedai est souvent très beau à observer. Les volutes argentées qui se changent en boules de feu ou éclairs offrent un beau feu d'artifice. Cette omniprésence de la magie est l'une des grandes différences avec Game of Thrones qui n'était, au final, une série dramatique et politique saupoudré de fantastique. Avec The Wheel of Time, tout est plus vif, plus coloré. On est plus proche de Harry Potter ou The Witcher dans l'esprit. 

Les Aes Sedai réunies dans le Tour blanche dans "The Wheel of Time"
Les Aes Sedai réunies dans le Tour blanche dans "The Wheel of Time"
Crédit : Amazon Prime Video

Si la série est un régal pour les yeux, il y a certaines scènes en studio qui manquent un peu de finition. On sent par exemple que nous ne sommes pas dans une vraie ville et certaines ambiances sont artificielles. Quelques paysages numériques mériteraient aussi plus de travail. Mais, comme The Witcher, l'équipe apprendra certainement de ses erreurs avec le temps (la saison 2 de la série de Netflix est déjà bien plus prometteuse par exemple). Au moins, The Wheel of Time ne cache pas la misère avec des plans trop sombre comme pouvait le faire Game of Thrones... Cependant, si nous pouvions donner un conseil à Amazon : il ne faudra pas répéter ces erreurs avec la série sur Le Seigneur des Anneaux qui est en préparation. Aucune erreur ou faute de goût ne sera pardonnée. 

Des femmes puissantes

Ce qui ne manquera pas de marquer le public, ce sont aussi les thèmes de l'œuvre de Robert Jordan. En construisant un monde dans lequel les femmes ont la maîtrise du pouvoir surnaturel, il crée une société équilibrée. La force physique et politique des hommes est toujours là mais ce patriarcat est compensé par un matriarcat bien installé. Les relations entre les personnages n'en sont que plus satisfaisantes à suivre. Celles et ceux qui aiment les personnages féminins forts qui ne s'excusent pas d'avoir de l'ambition seront ravis. Les personnages et l'œuvre proposent une lecture féministe des choses mais n'oublie pas de mettre de  la nuance dans le propos. C'est original, fascinant et cela dit quelque chose de notre monde bien réel. C'est toujours bon à prendre.

Game of Thrones montrait comment les femmes tentaient d'échapper à la violence des hommes et essayaient de conquérir leur indépendance. La société de The Wheel of Time semble avoir quelques millénaires d'avance. En confiant puissance et autorité aux hommes comme aux femmes, en plaçant la différence homme/femme au centre de son système magique, The Wheel of Time arrive finalement à mettre cette guerre des sexes de façade au second plan. Seuls comptent les intentions, les liens et les parcours des personnages.

Autre thème très contemporain : la diversité. Le casting est loin d'être monolithique avec seulement des acteurs jeunes, blanc et beaux. Rosamund Pike partage l'affiche avec Josha Stradowski (Rand al'Thor, le berger roux), Marcus Rutherford (le forgeron Perrin Aybara), Zoë Robins (la guérisseuse têtue Nynaeve al'Meara), Barney Harris (Mat Cauthon), Madeleine Madden (Egwene al'Vere) ou encore Daniel Henney (al'Lan Mandragoran, le garde du corps de Moiraine). Il ne s'agit pas là d'une fantasie d'Amazon pour conquérir un public mondial. L'oeuvre de Robert Jordan est ainsi pensée. Ce casting est divers et surtout il présente de nouveaux visages. Rosamund Pike et Daniel Henney sont connus. Michael McElhatton (Tam al'Thor) jouait Roose Bolton dans Game of Thrones et Álvaro Morte (Logain Ablar) est El Professor dans la série de Netflix La Casa de Papel. Tous les autres sont de jeunes stars en devenir. Il faudra donc bien retenir leurs noms... 

Côté interprétation, Rosamund Pike est naturellement parfaite dans le rôle d'une guide mystérieuse et froide qui cache sans cesse son jeu. Daniel Henney intègre un peu plus d'émotion au personnage de papier très stoïque qu'est Lan. Les jeunes héros joués par Josha Stradowski, Marcus Rutherford, Zoë Robins, Barney Harris (seulement pour la saison 1, il sera remplacé mais nul ne sait pourquoi il quitte le projet) et Madeleine Madden livrent des interprétations très satisfaisantes. Pas de fausses notes de ce côté-ci.

Tracer sa route, sans copier

The Wheel of Time nous fait voyager. Nouveau monde (ou ancien monde, nul ne sait... la Roue du Temps tourne après tout), des mystères, des combats brutaux, une magie puissante, une myriade de nouveaux personnages, peuples, créatures et légendes... Les amoureux de fantasy seront comme à la maison. Le défi d'Amazon, une plateforme qui n'a pas encore la puissance de Netflix en nombre d'abonnés, sera de convaincre le grand public de se plonger dans cet univers.

Game of Thrones bénéficiait d'un excellent bouche-à-oreille, de la qualité de la production  HBO, d'un côté "noble et mature" grâce à une bonne dose de sexe, de violence et de surprises scénaristiques choquantes. Game of Thrones a fait sortir la fantasy du royaume (fantasmé par l'industrie) des ados... C'est du moins ce que l'on pourrait croire. En réalité, celles et ceux qui ont grandi avec Harry Potter et le Seigneur des Anneaux ont, eux aussi grandi. 

La fantasy est devenu un genre respectable et le public ne cessera d'en réclamer plus encore. On le constate tous les jours avec les super-héros Marvel et la science-fiction. L'imaginaire, ça marche, ça plaît et ça rapporte. Mais il faut de la qualité. The Wheel of Time a tous les ingrédients pour devenir une série qui va compter. Sera-t-elle capable de dupliquer le phénomène Game of Thrones ? Probablement pas. A-t-elle le potentiel de forger son propre et beau destin ? Assurément.

À regarder

"The Wheel of Time" (Amazon) : les confidences de Rosamund Pike et Daniel Henney
04:36
La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/