1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. Son père, l'amour courtois, l'occitan... "À l'aube revenant" décrypté par Francis Cabrel
3 min de lecture

Son père, l'amour courtois, l'occitan... "À l'aube revenant" décrypté par Francis Cabrel

INVITÉ RTL - Francis Cabrel a choisi "Laissez-vous Tenter" pour dévoiler et présenter les chansons de son album "À l'aube revenant" qui sort ce 16 octobre 2020.

Francis Cabrel dévoile sur RTL son nouvel album "À l'aube venant"
Francis Cabrel dévoile sur RTL son nouvel album "À l'aube venant"
Crédit : Silvère gerard / agence 1827/ RTL
Francis Cabrel est l'invité exceptionnel de Steven Bellery et d'Yves Calvi, en direct. Il a choisi "Laissez-vous Tenter" pour dévoiler et présenter les chansons de son album "À l'aube revenant" qui sort ce vendredi.
21:51
James Taylor réagit à la version de "Sweet Baby James" de Francis Cabrel
03:01
"Jacques Dutronc a influencé mon comportement", révèle Francis Cabrel sur RTL
02:50
Francis Cabrel est l'invité exceptionnel de Steven Bellery et d'Yves Calvi, en direct. Il a choisi "Laissez-vous Tenter" pour dévoiler et présenter les chansons de son album "À l'aube revenant" qui sort ce vendredi.
21:51
James Taylor réagit à la version de "Sweet Baby James" de Francis Cabrel
03:01
"Jacques Dutronc a influencé mon comportement", révèle Francis Cabrel sur RTL
02:50
Steven Bellery
Steven Bellery - édité par Capucine Trollion & Aymeric Parthonnaud

Francis Cabrel dévoile ce 16 octobre son quatorzième album À l'aube revenant. Le morceau Te ressembler nous accompagne depuis fin août dernier. Un titre hommage à son père, Remiso, ouvrier, fils d'immigrés italiens, emporté par la maladie à l'âge de 56 ans. Francis Cabrel a écrit sur ses enfants, son épouse, sa mère, mais jamais son père. 

"Je savais que ça allait être un sujet très dur [la figure paternelle] à traiter (...) ça m'avançait dans l'intime et je vais toujours avec réticence sur ce terrain-là", démarre Francis Cabrel à propos de son père. "Généralement je fais toujours le tour des sujets sans aller jusqu'au centre. J'évoque, je suggère, mais je ne pointe pas du doigt. Là je devais le dire car je lui dois tout ce que j'ai fait", poursuit-il.


Cinq ans et demi après In Extremis, Francis Cabrel est de retour avec treize nouveaux morceaux. Depuis Les Beaux Dégâts en 2004, il enregistre tous ses disques dans sa grange-studio d'Astaffort, en live. Tout a commencé il y a un an. Mais, cette fois, la méthode a été différente : il n'a fait aucune maquette, mais laissé plus de place à ses fidèles musiciens. Le matin, Francis Cabrel leur interprétait une chanson et à la fin de la journée, elle avait un costume. La pandémie mondiale était encore loin. Et pourtant, ce nouveau disque - entre ballades et blues-folk - étonne par sa chaleur et sa sensualité. Des chœurs féminins illuminent de nombreux titres, comme si l'artiste avait voulu nous réconforter. 

L'album était terminé avant le confinement, une période qui l'a incité à changer quelques petites choses, à épurer encore un peu plus ces titres où se mêlent l'Histoire et la petite, la sienne, plus intime. Comme cette peur du temps qui file, une légère angoisse qui nourrit la chanson d'ouverture du disque : Les beaux moments sont trop courts.

"Les 60 ans m'ont mis un coup sur la tête"

À lire aussi

Dans son précédent album, il visait "l'éternité", il était "parti pour rester". Dans ce nouveau disque, l'artiste juge que "les beaux moments sont trop courts". À presque 68 ans, l'envie de profiter de chaque instant est-elle plus forte ? "Les 60 ans m'ont mis un coup sur la tête (...) Depuis je prends cela comme ça vient, mais ça donne une notion de l'urgence. Aujourd'hui, je veux en profiter un maximum, poursuit l'artiste. Je collecte des images assez lentement, dans mes lectures, les gens que je croisent. Je les garde paisiblement dans un coin de ma tête et deux, trois ans après je les développe".

Francis Cabrel qui a souvent été comparé à un troubadour moderne évoque son attirance pour l'''amour courtois" de l'époque. "C'est un nouveau langage que les érudits de l'époque ont créé, des textes chantés. Les mélodies ont disparu mais les textes sont là, raconte Francis Cabrel au micro de RTL. Ils voulaient créer un nouveau rapport avec les femmes qu'ils courtisaient. Un rapport dans lequel le respect s'installait à la place des brutalités précédentes. Il y a un raffinement. une quête de la pureté. Le but était le même, plaisante le chanteur, mais il y avait une forme d'élégance". 

Francis Cabrel plaide aussi pour l'utilisation des langues régionales qui sont "à protéger, à exalter". "L'Occitanie mais pas seulement, toutes les régions de France ont du caractère mais avec ce disque je voulais justement éclairer la cause occitane qui est vivace. Des gens l'apprennent, des gens la chantent [cette langue occitane]. Je leur dis toute mon admiration". 

Avec Chanson pour Jacques l'exilé du Lot-et-Garonne a écrit pour l'exilé de Haute-Corse, Jacques Dutronc. Il a aussi repris Sweet Baby James de James Taylor, un chanteur qu'il avait rencontré dans le Grand Studio RTL en 2009. "J'avais déjà adapté une de ses chansons, mais il m'a dit : celle que tu dois adapter c'est Sweet Baby James. Voilà, ça aura mis 11 ans", nous a confié Francis Cabrel avant d'entendre James Taylor commenter cette reprise avec beaucoup d'émotion. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/