2 min de lecture Orthographe

Pourquoi le "y" est-il grec ?

Le "y", avant-dernière lettre de notre alphabet, a un statut bien particulier dans la langue française, explique Muriel Gilbert.

Un bonbon sur la langue - Un bonbon sur la langue Muriel Gilbert iTunes RSS
>
Pourquoi le "y" est-il grec ? Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert

Amis des mots, après le i la semaine passée, passons au Y ! Reconnaissez qu’il y a une certaine logique à passer du i tout court au i-grec, même si on saute pour cela de la 6e à la 25e lettre de l’alphabet. D’abord, pourquoi cette lettre est-elle dite "grecque" ? Tout naturellement parce que le latin l’a piquée à l’alphabet grec, pour représenter un son, le [u], qu’il n’avait pas dans son alphabet. Voilà qui nous rappelle au passage que ce que nous appelons "i-grec" s’appelle "upsilon" en grec.

Avec le temps, le son a évolué et aujourd’hui, en français, le Y est la seule lettre que l’on puisse considérer à la fois comme une voyelle, puisqu’elle se prononce [i] et comme une consonne, puisqu’elle se prononce [j]. C’est pourquoi on la qualifie de "semi-voyelle".

On la range tout de même parmi les voyelles. A noter, précise Larousse.fr, que, quand il est en début de mot, "Y n'admet généralement ni élision ni liaison [le yachting, les yaourts]", (et non l’yachting ou les z’yaourts). Comme d’habitude dans la langue française, il y a des exceptions : on fait bien la liaison quand on parle des z’yeux, et on pratique l’élision pour le département de l’Yonne (on ne dit pas : Je pars en vacances dans la Yonne).

Ne confondez pas "il y va" et "il en va" !

Mais parfois le Y est un mot à lui tout seul. Comme dans "J’y vais !" ou dans "Il y a". Et puisque nous parlons de ce mot "y", il y a une erreur que je corrige sans cesse : c’est celle qui consiste à s’emmêler les crayons entre "il y va" et "il en va". Pas plus tard que cette semaine, un papier du Monde se terminait par ces mots : "Il en va de notre survie".

À lire aussi
Un dictionnaire anglais (Illustration) langue française
Quand les anglicismes viennent… de France

Or, comme l’Académie française l’explique très bien sur son site Internet : "Les locutions Il en va et Il y va de sont correctes et s’emploient régulièrement en français, mais elles n’ont pas le même sens. Il y va de (…) signifie, lorsque l’on évoque une situation dangereuse : "il s’agit de, c’est cela qui est en jeu" : Ne goûtez pas ce breuvage, il y va de votre vie. Ce n’est pas le sens d’Il en va, qui (…) signifie "il en est" : Les navires sont de plus en plus grands ; il en va de même des avions."

Un truc pour faire la différence ? Il y va de s’emploie seul, tandis qu’il en va est toujours suivi de de même ou de autrement (ou de synonymes de ces mots) : "Écoutez le Bonbon sur la langue : il y va de votre orthographe !" mais "Le Bonbon sur la langue est délicieux ; il en va de même de la recette de Luana." Ou bien "Les recettes de Luana sont appétissantes ; il en va tout autrement de celles de Muriel".

Et si vous n’avez pas tout compris, amis des mots franciliens, on en reparle ce soir, à 20 h 30 au Théâtre La Piscine de Châtenay-Malabry, dans le 9-2 ! J’y donne une conférence sur le thème : "Au bonheur des fautes - Confessions d’une dompteuse de mots".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Orthographe Littérature Mots
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants