1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. INVITÉE RTL - Joséphine Baker "aimait la France au-delà de tout", explique sa fille Marianne
2 min de lecture

INVITÉE RTL - Joséphine Baker "aimait la France au-delà de tout", explique sa fille Marianne

"Elle était plus Française que certains Français", souligne Marianne Baker à quelques heures de l'entrée de sa mère adoptive au Panthéon, mardi 30 novembre.

Marianne Baker, fille de Joséphine Baker, invitée de RTL le 30 novembre 2021
Marianne Baker, fille de Joséphine Baker, invitée de RTL le 30 novembre 2021
Crédit : RTL
Marianne Baker est l'invitée RTL ce mardi 30 novembre
10:20
Marianne Baker était l'invitée de RTL mardi 30 novembre
11:25
L'invité de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura - édité par Gregory Fortune

Femme, afro-américaine, artiste de scène, née à l'étranger  : Joséphine Baker avait peu de chances d'entrer au Panthéon. C'est pourtant ce qui va  se produire mardi 30 novembre lors d'une cérémonie présidée par Emmanuel Macron qui célébrera une vie "placée sous le signe de la quête de liberté et de justice". 

Des centaines de personnes sont attendues à partir de 17h30 devant le grandiose édifice au cœur du quartier latin à Paris, considéré comme "le temple laïc de la République" et dont le fronton proclame "Aux grands hommes, la patrie reconnaissante"Joséphine Baker, née en 1906 aux États-Unis, sera la sixième femme - sur 80 personnages illustres - à y entrer après Simone Veil en 2018

Décidée par Emmanuel Macron, sa panthéonisation intervient 46 ans après sa mort, le 12 avril 1975 à l'âge de 68 ans. "Cela me fait très plaisir pour deux choses, confie sa fille Marianne sur RTL. D'abord parce que je pense qu'elle le mérite. Mais la chose la plus importante pour moi, c'est de reconnaître que cette femme n'était pas seulement qu'une danseuse avec une ceinture de bananes. C'était une femme qui avait de multiples facettes et qui a toujours aimé la France au-delà de tout". 

Ses piliers, c'était amour, compréhension et tolérance

Mariane Baker

"D'ailleurs c'est pour ça qu'elle m'a appelée Marianne, poursuit celle qui a été adoptée en 1956 en Algérie. Il ne faut pas oublier qu'elle était plus Française que certains Français. Elle avait adopté ce pays comme elle nous a adoptés (12 enfants au total, nés dans neuf pays différents, ndlr). Son combat pour la diversité, elle l'a souvent dit, elle n'aurait pas pu le faire dans un autre pays que celui-ci".

À lire aussi

"C'était une mère joyeuse, attentive, stricte sur certaines choses comme l'éducation, raconte aussi Marianne Baker. Il fallait bien se tenir à table, toujours bien respecter les adultes. On pouvait parler de tout mais il y avait un ton à adopter. Il fallait surtout, surtout, savoir se comporter correctement dans n'importe quelle situation. Les piliers du panthéon personnel de ma mère, c'était amour, compréhension et tolérance".

"Je me dis que j'ai eu une chance, un privilège incroyable d'être sa fille, confie aussi Marianne. Je donnerais tout pour qu'elle soit là et pour qu'elle puisse se rendre compte de ce que nous sommes tous devenus". Elle-même exerce la profession d'archiviste, "ce qui n'a rien à voir du tout avec ce métier d'artiste, mais je suis très contente de mon sort".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/