2 min de lecture Littérature

Comment accorder le pronom "on" ?

Dimanche 30 septembre, Muriel Gilbert explore les difficultés d’accord avec le pronom "on".

Muriel Gilbert Un bonbon sur la langue Muriel Gilbert
>
Comment accorder le pronom "on" ? Crédit Image : MYCHELE DANIAU / AFP | Crédit Média : Muriel Gilbert | Durée : | Date : La page de l'émission
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert

Nous avons appris à l’école que "on", pronom indéfini, s’accorde comme la troisième personne du singulier, "il" : "On a faim", "on est bien", sur le modèle de "il a faim", "il est bien". Mais ce n’est pas toujours aussi simple, car "on" n’est pas toujours un pronom indéfini.

Dans la langue familière, en particulier à l’oral, "on" a très souvent la valeur de "nous", par exemple. Lorsque l’on dit : "Ma copine Jeanne et moi, on est allées au cinéma", "allées" s’accorde au féminin pluriel, comme pour "Nous sommes allées".

Larousse.fr l’explique très clairement : "L’adjectif ou le participe passé attribut de 'on' prend le genre et le nombre du sujet que ce pronom représente. Quand 'on' est employé comme indéfini (dans le sens de quelqu’un, tout le monde, quiconque), l’accord se fait au masculin singulier : 'à quinze ans, on est encore naïf'".

À lire aussi
Muriel Gilbert langue française
Orthographe : non, je ne me suis pas "faite" couper les cheveux

Un non sens de garder le "on" indéfini

Quand on remplace je, tu ou vous, il ou elle ou nous, l’accord se fait en genre et en nombre avec le sujet représenté par on  : "On est arrivés ce matin ; alors, on est contente ?"
D’ailleurs, il y a une grande émission de télévision en "on", dont le titre comporte une erreur d’accord.

 Il s’agit de On n’est pas couchél’émission de Laurent Ruquier. Le sens du titre étant "Nous ne sommes pas couchés" (comme d’ailleurs pour les émissions antérieures de Ruquier, On a tout essayé, On va s’gêner, etc., le "on" a ici le sens de "nous", donc "couché" devrait prendre un "s", selon la règle expliquée plus haut. 

"On n’est pas couché", sans "s" à la fin, pourrait exister… si, par exemple, on s’adressait à un seul spectateur, à qui l’on dirait : "Alors, on n’est pas couché ?", mais il faudrait un point d’interrogation. 

C’est un accord qui correspond à la grammaire mais pas au sens de la phrase. Certains grammairiens disent que l’on devrait toujours accorder "on" au masculin singulier, mais ce n’est pas possible. Ainsi, on dit forcément, selon l’exemple que donne le Larousse, "on est tous égaux", jamais "on est tout égal". CQFD !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature Mots langue française
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794991065
Comment accorder le pronom "on" ?
Comment accorder le pronom "on" ?
Dimanche 30 septembre, Muriel Gilbert explore les difficultés d’accord avec le pronom "on".
https://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/comment-accorder-on-7794991065
2018-09-30 09:43:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/zd2B6p4j3P2oS4uVv0CHVQ/330v220-2/online/image/2018/0930/7794991308_le-bescherelle-grand-classique-de-la-revision-de-la-conjugaison-photo-d-illustration.jpg