1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Tinder va ajouter un chat vidéo à son application de rencontres
3 min de lecture

Tinder va ajouter un chat vidéo à son application de rencontres

Comme d'autres applications de rencontre, Tinder devrait s'engager dans le dating vidéo. Une fonctionnalité en plein essor durant le confinement qui ouvre cependant la voie à de nombreux abus.

L'application Tinder (illustration)
L'application Tinder (illustration)
Crédit : ISOPIX/SIPA
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste

Le roi du dating s'apprête à amorcer un virage important de l'histoire de son application. Match Group, le propriétaire de Tinder, a annoncé à l'occasion de la publication des résultats du groupe le 6 mai le lancement d'une fonctionnalité de chat vidéo d'ici la fin de l'année, rapporte le site américain The Verge. Ce nouvel outil viendrait compléter la messagerie textuelle et le système de "matchs" qui ont fait le succès de l'application au niveau mondial. Il s'agirait de l'une des plus importantes introductions de fonctionnalité pour l'application.

L'annonce du lancement de ce nouveau service intervient en pleine crise du coronavirus, une période qui a vu Tinder et les applications de rencontres concurrentes battre des records de fréquentation en raison de l'isolement imposé à des milliards de personnes à travers la planète. Mais malgré ces pics de fréquentation, Tinder n'a pas enregistré de gain d'abonnés payants durant la période et s'attend à voir la croissance de ses revenus ralentir au prochain trimestre, rapportent Les Echos. En proposant à ses utilisateurs de payer pour débloquer une option leur permettant de discuter en tête-à-tête avec leurs cibles, l'entreprise pourrait s'offrir un nouveau relais de croissance.

Tinder n'est pas le premier acteur du secteur à franchir le pas du "vidéo date". L'américain Bumble, qui promet de "donner le pouvoir aux femmes" et revendique 90 millions d'utilisateurs, a enregistré une forte hausse des appels vidéo durant le confinement, une fonctionnalité qu'il avait lancé quelques mois auparavant. Le français Once (9 millions d'utilisateurs dont 3 millions en France) lui a emboîté le pas fin mars et revendique 10.000 rencontres vidéo à travers l'Europe. 10% des utilisateurs auraient déjà testé la fonction pour une durée moyenne de 12 minutes, contre une vingtaine de minutes chez Bumble.

Le casse-tête de la modération de la vidéo en direct

Pour les applications de rencontre, la vidéo est gage d'interactions plus riches, plus longues et plus intimes qui constituent autant de données à monétiser. Mais la vidéo en direct peut aussi être propice à de nombreux abus et constitue un défi vertigineux en terme de modération que même les milliards de dollars investis par Facebook n'ont pas été en mesure de relever ces dernières années. Ce challenge est d'autant plus sensible pour les éditeurs d'applications de rencontre, où le harcèlement en ligne est un fléau récurrent.

À lire aussi

Interrogé par RTL.fr, Once se veut rassurant. Le concurrent français de Tinder explique que sa propre fonctionnalité vidéo "n’est proposée qu’une fois que les deux utilisateurs ont déjà échangé par écrit via le chat interne de l’application et que chacun a donné son consentement" mais aussi que "la video ne peut en aucun cas être activée sans ce consentement et des échanges écrits". Mais l'entreprise admet à demi-mot qu'elle ne peut pas sécuriser les échanges en temps réel. Une fois passé le filtre du double consentement, les utilisateurs n'ont accès qu'à un bouton de "report" en cas de comportement abusif.

Comme les autres entreprises sociales engagées dans la vidéo live, Tinder va probablement compléter ce bouton de signalement par un algorithme de détection des images offensantes. Mais l'histoire a prouvé que les internautes trouvent toujours le moyen de contourner ces barrières pour partager des contenus inappropriés. Sur Twitter, de nombreux utilisateurs ont d'ailleurs ironisé sur un probable destin à la Chatroulette de la vidéo sur Tinder, en référence au site de vidéoconférence par webcams interposées sur lequel de nombreux internautes exhibaient leurs parties intimes au début des années 2010. 

Contacté par RTL.fr, Tinder n'a pas souhaité apporter d'information supplémentaire à ce stade mais pourrait communiquer sur le sujet dans les prochains jours. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/