1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Rachat de Twitter : pourquoi Elon Musk ne pourra pas tout changer en France et en Europe
3 min de lecture

Rachat de Twitter : pourquoi Elon Musk ne pourra pas tout changer en France et en Europe

Le milliardaire entend imposer sa conception maximaliste de la liberté d'expression sur le réseau social. Mais il ne pourra pas bouleverser outre-mesure les pratiques de Twitter sans s'exposer à des amendes et des sanctions s'il enfreint les lois nationales et supra-nationales.

Elon Musk a pris le contrôle de Twitter pour 44 milliards de dollars
Elon Musk a pris le contrôle de Twitter pour 44 milliards de dollars
Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue

C'est un bouleversement majeur dans l'histoire des réseaux sociaux. Elon Musk a finalement mis la main sur Twitter pour 44 milliards de dollars à l'issue d'une offensive éclair d'une vingtaine de jours. Le conseil d’administration du réseau social a validé lundi 25 avril la proposition du multimilliardaire de racheter ses actions à 54 dollars pièce. L’opération devrait être bouclée d’ici la fin d’année 2022 mais beaucoup de choses restent à finaliser car Elon Musk veut retirer Twitter de la cotation boursière pour en faire une entreprise privée. 

A priori, Elon Musk ne compte pas faire de Twitter une machine à cash. Même si la plateforme est très influente dans les sphères médiatiques et politiques, Twitter ne rapporte pas d’argent pour le moment, son chiffre d’affaires représente à peine 5% de celui de Meta. Et ses 400 millions d’utilisateurs sont très loin des 3 milliards d’usagers du groupe de Mark Zuckerberg. Sa première mesure devrait être de sortir la société de la Bourse, afin d'être moins dépendant des marchés et d'avoir les mains libres pour décider des futures orientations de la plateforme.

À écouter

96. Faut-il avoir peur d'Elon Musk ?
00:20:33

Moins de modération pour "libérer le potentiel" de Twitter

Tenant d'une conception maximaliste de la liberté d’expression, qui doit être absolue, dans la limite du droit commun, à ses yeux, Elon Musk estime, dans la lignée des conservateurs américains, que les réseaux sociaux sont soumis à l’idéologie progressiste et qu’ils bâillonnent les discours de droite. À ce titre, il est très opposé à l’interventionnisme des plateformes qui se matérialise dans la modération des contenus ou le bannissement de comptes qui ne respectent pas leurs règles, comme on l’a vu avec Donald Trump en janvier 2021.

Dans le communiqué publié à l'annonce du rachat et par-delà ses nombreuses prises de position ces dernières semaines, Elon Musk a déjà largement éventé les nouveautés qu'il souhaite mettre en place sur Twitter. L’idée est d’abord d’alléger la modération, qui est pourtant déjà maigre sur l'application. Elon Musk veut délester la plateforme de tout ce qui peut s'apparenter à de la censure dans la limite du respect du droit commun. Elon Musk est aussi fermement opposé aux bannissements permanents, comme celui de l'ancien président américain Donald Trump début 2021, auxquels il préfère des exclusions temporaires.

À lire aussi

Afin de "libérer tout le potentiel de Twitter", Elon Musk entend aussi rendre la plateforme plus transparent en ouvrant ses algorithmes de recommandation, "pour que chacun puisse comprendre pourquoi la portée d’un tweet est accentuée ou diminuée et pour éviter toute manipulation secrète, qu’elle soit automatique ou manuelle", expliquait-il récemment.

Elon Musk ne pourra enfreindre les règles des pays où est utilisé Twitter

Pour autant, cette volonté risque de se heurter aux législations européennes, beaucoup plus sévères en matière de désinformation, de harcèlement et de discours haineux. Le nouveau règlement DSA, adopté en fin de semaine dernière, va d’ailleurs imposer de nouvelles obligations aux réseaux sociaux et il ne pourra pas faire sans. Twitter qui n'emploie que 2.000 modérateurs au niveau mondial pour gérer les conversations de ses 436 millions d'utilisateurs, devra notamment déployer de nouveaux efforts pour rentrer dans les clous.

"Quelles que soient les orientations du nouvel actionnariat en matière de liberté d'expression, Twitter devra désormais s'adapter totalement aux règles européennes", a déclaré Thierry Breton, en évoquant notamment le nouveau règlement sur les services numériques. "Que ce soit sur le harcèlement en ligne, la vente de produits contrefaits, la pédopornographie, les appels à des actes terroristes, Twitter devra s'adapter à notre réglementation européenne qui n'existe pas aux Etats-Unis", a insisté le commissaire européen, à l'origine de la nouvelle législation européenne avec la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager


En France, le cadre dans lequel évoluent les plateformes est également plus strict, et Twitter devra toujours supprimer les contenus qui lui sont signalés s’ils contiennent des propos racistes, haineux ou des menaces physiques, par exemple. S'il décide de passer outre ces différentes règles qui s'imposent au réseau social, Elon Musk s'expose à de lourdes amendes en retour, pouvant aller jusqu'à 6% du chiffre d'affaires de Twitter, voire à des actions en justice.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/