3 min de lecture Amérique latine

La vie bien remplie du télescope Arecibo, qui s'est effondré après 57 ans de service

Après 57 ans de service, le célèbre télescope Arecibo s'est effondré à Porto Rico, laissant la communauté scientifique et les locaux orphelins.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
La vie bien remplie du télescope Arecibo, qui s'est effondré après 57 ans de service Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet Journaliste RTL

Hommage à un géant de l’astronomie disparu prématurément le mois dernier : Arecibo. Du nom de la petite ville où il avait été construit au début des années 60 sur l’île de Porto Rico, Arecibo était un gigantesque radiotélescope, l’un des plus performants du monde, et sans doute le plus célèbre. Sa silhouette unique est connue dans le monde entier, parce qu'elle a servi de décor à plusieurs films ou séries télé : X Files, Contact avec Jodie Foster ou encore GoldenEye, avec Pierce Brosnan dans le rôle de 007.

Une star, mais le 1er décembre dernier ce monument s’est littéralement effondré sur lui-même. Le télescope d’Arecibo était condamné de toutes façons. Deux câbles porteurs s’étaient cassés il y a quelques mois. Irréparable, l’observatoire devait être détruit.

Et puis finalement, les câbles ont rompu les uns après les autres et toute la structure s’est écroulée, accident extrêmement spectaculaire. Personne ne s’attendait à une fin aussi brutale. La communauté scientifique est en deuil, c’est la fin d’une prodigieuse aventure. Éloge funèbre dans le magazine Sciences et Avenir.

"Un site époustouflant et assez déroutant"

Cet observatoire, c’est d’abord un site exceptionnel, une dépression naturelle en plein cœur de la jungle. La ville d’Arecibo est en fait à une heure de route à travers les collines. "Un site époustouflant et assez déroutant pour un Européen", raconte un astronome français. Une centaine de personnes vivaient là en permanence dont une vingtaine de scientifiques et de nombreux étudiants.

À lire aussi
environnement
Comment le gouvernement souhaite réduire la facture environnementale du numérique

Ce site, on le reconnaissait immédiatement à cause de son antenne réceptrice monumentale en forme de coupole : 40.000 petits panneaux en aluminium sur un diamètre de 305 mètres. Elle a longtemps été la plus grande au monde, 10 à 30 fois plus grande que ses rivales. C’était avant le radiotélescope chinois FAST, et ses 500 mètres de large. Grâce à cette gigantesque antenne, les ondes radio provenant de l’espace étaient recueillies et redirigées vers une panoplie de capteurs situés sur une plateforme suspendue à 140 mètres de hauteur.

Quand Arecibo envoyait un message aux extraterrestres

Pour quoi faire ? Eh bien à l’origine Arecibo était financé par l’armée américaine, et il devait aider à débusquer les satellites et les missiles soviétiques. Mais très vite, il a été utilisé pour capter toutes sortes de signaux astrophysiques, ceux de Mercure ou Vénus ou de galaxies plus lointaines. Côté précision, on n’a pas encore fait mieux. Le télescope était aussi l’instrument idéal pour repérer les cadavres d’étoiles. C’est ainsi qu’il a pu apporter les premières preuves de l’existence des ondes gravitationnelles, découverte saluée par le Nobel de physique en 93. C’est aussi à Arecibo que les premières planètes extrasolaires ont été mises en évidence.

Mais les radiotélescopes ne sont pas seulement des récepteurs, ce sont aussi des émetteurs, et Arecibo était le plus puissant du monde, hors équipement militaire. La Nasa l’a beaucoup utilisé pour étudier les astéroïdes et repérer ceux qui pourraient menacer la Terre. Ses signaux étaient si intenses qu’ils ont permis de découvrir en 2003 des lacs d’hydrocarbures sur Titan, une lune de Saturne. Nous sommes là à plus d’un milliard de kilomètres de la Terre ! Dès 1974, un message radio a été envoyé à d’hypothétiques civilisations extraterrestres. On attend encore la réponse.

C’est comme si, pour nous, la tour Eiffel venait de s’effondrer

Un Portoricain
Partager la citation

Hélas, ce géant cosmique n’était pas préparé aux soubresauts de la planète Terre. En 2014, un séisme a abimé la structure porteuse et ça ne s’est pas arrangé avec l’ouragan Maria en 2017. On connaît la suite. Des quantités de recherches devaient être menées à Arecibo cette année et dans les années à venir. Certaines seront sans doute poursuivies ailleurs mais d’autres risquent d’être définitivement abandonnées. "Il y aura, scientifiquement, un vrai manque", dit un chercheur. C’est aussi une catastrophe pour les Portoricains qui étaient très fiers de leur télescope iconique : "C’est comme si, pour nous, la tour Eiffel venait de s’effondrer."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Amérique latine Technologie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants