1. Accueil
  2. Actu
  3. Sciences et Tech
  4. La sonde Hayabusa-2 revient sur Terre livrer des indices sur la formation des planètes
2 min de lecture

La sonde Hayabusa-2 revient sur Terre livrer des indices sur la formation des planètes

Après six ans dans l'espace, la sonde japonaise Hayabusa-2 repasse par la Terre ce samedi pour larguer des échantillons de roche et de poussière récoltés sur l'astéroïde Ryugu l'année passée. L'analyse de ces matériaux pourrait nous éclairer sur l'évolution du système solaire.

La mission Hayabusa doit nous éclairer sur l'origine du système solaire
La mission Hayabusa doit nous éclairer sur l'origine du système solaire
Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste

Hayabusa-2 revient sur Terre avec son précieux butin. Après un périple de six années dans l'espace, la sonde japonaise fait une halte sur notre planète ce samedi 5 décembre, le temps d'y déposer les échantillons collectés l'an dernier sur l'astéroïde Ryugu avant de repartir vers d'autres contrées lointaines pour un nouveau cycle de plus de dix ans.

Lancée en décembre 2014, cette sonde cylindrique de la taille d'un frigo avait réussi l'exploit de se poser brièvement à la surface de l'astéroïde à quelque 300 millions de kilomètres de la Terre l'an dernier pour y prélever de la poussière et des minéraux restés intacts depuis les premiers temps du système solaire.

En étudiant ces matériaux, les scientifiques espèrent découvrir de quelle manière la matière est dispersée dans le système solaire, pourquoi elle est présente sur l'astéroïde et comment elle est liée à la Terre. En d'autres termes, percer les secrets de la formation des planètes.

L'étude des astéroïdes passionne les astronomes car ils ont gardé la mémoire de la composition initiale du système solaire il y a 4,6 milliards d'années. Leur analyse est le meilleur moyen de trouver des indices sur la naissance et l'évolution des planètes, notamment de la notre.

Une livraison spatiale à suivre entre 17h et 18h

À lire aussi

Les échantillons recueillis en février et en juillet dernier sont conservés dans une capsule à bouclier thermique qui les protège de la lumière du soleil et des radiations. Cette section se séparera de la sonde à 220.000 kilomètres d'altitude pour plonger vers le désert du sud de l'Australie où elle doit se poser en douceur à l'aide d'un parachute très tôt ce dimanche matin en heure locale. Il sera alors l'après-midi à Paris ce samedi.

L'événement sera diffusé en direct depuis le centre de contrôle de l'agence spatiale japonaise aux alentours de 17 heures (heure française) ce samedi. L'émission devrait durer 70 minutes.

Une fois récupérés, les échantillons seront traités puis envoyés par avion au Japon. La moitié de la centaine de milligrammes de particules d'astéroïde sera répartie entre la Jaxa, la Nasa et des entités internationales, l'autre sera conservée pour des études ultérieures.

Les scientifiques japonais ont déjà tiré quelques enseignements en analysant la poussière soulevée par la sonde lors de ses descentes vers l'astéroïde. Ils en ont déduit que ce dernier est issu de la ceinture principale d'astéroïdes entre Mars et Jupiter et qu'il s'est déporté ensuite vers le Soleil avant d'installer son orbite entre la Terre et Mars.

Deux nouveaux astéroïdes dans le viseur

Le travail d'Hayabusa-2 est encore loin d'être terminé. La sonde ne fait que frôler la Terre. La Jaxa prévoit de prolonger sa mission de plus de dix ans en ciblant deux nouveaux astéroïdes. Une fois sa livraison effectuée, la sonde repartira pour une série d'orbites autour du soleil pendant environ six ans. Elle aura alors la charge d'enregistrer des données sur la poussière dans l'espace interplanétaire et observer des exoplanètes.

Elle mettra ensuite le cap sur sa première cible en juillet 2026. Direction l'astéroïde 2001 CC21, qu'elle devra observer tout en respectant une certaine distance. Elle se dirigera ensuite vers sa cible principale, 1998 KY26, un astéroïde sphérique de 30 mètres de diamètre. Nous serons en juillet 2031 lorsqu'elle l'atteindra. Elle sera alors à à nouveau à 300 millions de kilomètres de la Terre.

La rédaction vous recommande
Sur les thématiques :

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/