1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Cookies Internet : ce qui change pour les internautes au 1er avril
2 min de lecture

Cookies Internet : ce qui change pour les internautes au 1er avril

Les sites Internet doivent désormais informer clairement les internautes des objectifs des cookies, les traceurs utilisés par les sites Web pour stocker leurs données de navigation, et leur permettre de les refuser aussi facilement que de les accepter.

Plus de 10.000 offres d'emploi sont déjà disponibles sur la plateforme "1 jeune, 1 solution". (illustration)
Plus de 10.000 offres d'emploi sont déjà disponibles sur la plateforme "1 jeune, 1 solution". (illustration)
Crédit : ISSOUF SANOGO / AFP
Sophie Joussellin & Benjamin Hue

De nouvelles règles visant à protéger la vie privée des internautes sont entrées en vigueur ce jeudi 1er avril en France. Comme annoncé au mois d'octobre, la Cnil, régulateur français des données personnelles, va désormais sanctionner les éditeurs qui pistent les internautes avec des cookies sans leur accord.

Désormais, les sites Internet vont devoir proposer clairement à leurs visiteurs d'accepter, de refuser ou de paramétrer les cookies. Les trois propositions doivent être aussi lisibles les unes que les autres, de la même taille et écrites de la même façon. Elles doivent s'imposer au regard des internautes afin que le consentement recueilli découle d'un acte positif clair.  

Les cookies, ce sont ces petits fichiers informatiques qu'un site dépose sur un ordinateur, une tablette ou un smartphone. Certains sont essentiels à leur bon fonctionnement, par exemple pour accéder à un compte ou conserver des articles dans un panier sur un site de shopping. Ces cookies là, ne sont pas concernés par ces nouvelles directives. 

Les cookies commerciaux dans le viseur

En revanche, d'autres fichiers traceurs servent à afficher sur les sites internet des publicités ciblées qui correspondent aux centres d'intérêt des internautes. Avec un but bien précis : les inciter à cliquer et à acheter

À lire aussi

Ce sont ces cookies qui doivent pouvoir être refusés facilement. En cas de refus, des publicités s'afficheront toujours sur les sites consultés. Mais elles ne seront pas ciblées et ne correspondront pas aux préférences des internautes. Autre objectif : les éditeurs de sites Web doivent aussi préciser clairement la nature et l'objectif des cookies auquel les visiteurs de son site seront soumis.

Cette mesure est le fruit de l'application des principes du règlement européen sur la protection des données personnelles entré en vigueur en 2018. Cet automne, la Cnil avait laissé six mois aux éditeurs de sites et d'applications mobiles pour s'adapter. Cela ne l'a pas empêché de sanctionner Google et Amazon entre temps avec des amendes records de 100 et 35 millions d'euros sur la base d'une législation antérieure au RGPD.

La perspective de voir baisser fortement le taux de consentement des internautes inquiète les publicitaires qui redoutent d'être moins précis dans l'évaluation de l'audience des sites Internet et dans l'efficacité de leurs annonces. 

Afin de conserver un accès aux données personnelles de leurs visiteurs, certains sites ont commencé à proposer des "cookies walls" qui conditionnent l'accès à leur contenu au dépôt de cookies. Les éditeurs sont en effet libres de bloquer l'accès à leur site ou de le rendre payant si l'internaute refuse les cookies.

Google va lancer un nouveau système de ciblage

Dans quelques semaines, Google va également proposer un nouveau système de ciblage qui ne prend plus en compte les internautes individuellement mais plutôt des groupes d'audience, que le géant américain appelle des "cohortes". 

Définies en fonction des habitudes de navigation de milliers d'utilisateurs, ces "cohortes" seront mises à disposition des éditeurs et des annonceurs qui pourront leur proposer des publicités ciblées sans récolter trop d'informations sur les internautes.

Mais des associations ont pointé des incertitudes sur le degré d'anonymisation des données et l'opacité du dispositif. Le système ne sera d'ailleurs pas lancé en Europe au départ, RGPD oblige, mais cantonné aux autres marchés de Google.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/