1 min de lecture Espace

Ariane 6 : le premier tir inaugural reporté au deuxième trimestre 2022

Le tir inaugural de la fusée Ariane 6 sera reporté au deuxième trimestre de 2022 en raison de problèmes techniques et des conséquences de la crise sanitaire du coronavirus.

La fusée Ariane 6 en construction à Kourou (Guyane), le 5 mars 2020.
La fusée Ariane 6 en construction à Kourou (Guyane), le 5 mars 2020. Crédit : jody amiet / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

L'Agence spatiale européenne (ESA) a annoncé, jeudi 29 octobre, que le tir inaugural de la fusée Ariane 6 sera reporté au deuxième trimestre de 2022, alors qu’il avait été déjà repoussé une fois à la deuxième moitié de 2021. En cause : des difficultés techniques couplées aux conséquences de la crise sanitaire du coronavirus. 

"Le vol inaugural d'Ariane 6 est maintenant prévu pour le deuxième trimestre de 2022", a déclaré le directeur du transport spatial européen de l'ESA Daniel Neuenschwander lors d’un point de presse. Il a expliqué que "le chemin vers les vols inauguraux des deux lanceurs doivent surmonter des défis techniques, dans un contexte de productivité réduite" à cause de l’épidémie de Covid-19.

Le responsable a évoqué notamment des difficultés dans le développement de l'unité de puissance auxiliaire (APU), un petit réacteur multi-rôle, "embarqué pour la première fois dans le lanceur", et qui doit permettre de "pénétrer le marché des constellations de satellites". 

Une période "très tendue" pour l'industrie

D’après Daniel Neuenschwander, "l'industrie va entrer dans une période très tendue en 2021-2022" puisque la production d'Ariane 5 arrive à sa fin et que celle d'Ariane 6 va démarrer plus lentement que prévu. "Nous avons des difficultés techniques et la situation a été encore dégradée par le Covid-19", a-t-il souligné.

À lire aussi
Une oeuvre extraterrestre ou une farce d'un artiste bien humain ? insolite
États-Unis : quel est cet étrange monolithe de métal trouvé dans un désert ?

Pour traverser cette crise, l’ESA va demander de l’aide aux pays participants, soit une rallonge de 230 millions d’euros (6% de l’enveloppe actuelle du programme) qu'elle "espère obtenir dans les prochains mois". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Espace Sciences Aéronautique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants