3 min de lecture Evry

Violences policières : Édouard Philippe monte au créneau et tente l'apaisement

ÉCLAIRAGE - Le premier ministre s'est exprimé pour la première fois sur les violences policières et les morts de George Floyd aux États-Unis et d'Adama Traoré en France en 2016.

Christophe Castaner, Édouard Philippe et Julien Denormandie, le 9 juin 2020
Christophe Castaner, Édouard Philippe et Julien Denormandie, le 9 juin 2020 Crédit : Ludovic Marin / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Après Christophe Castaner, c'est au tour d'Édouard Philippe de s'exprimer sur les violences policières et les manifestations qui ont eu lieu ces derniers jours dans plusieurs villes de France. Le premier ministre a été à la rencontre ce mardi 9 juin des policiers et des membres d'une association à Évry dans l'Essonne. Un déplacement qui rappelle que cette pratique se faisait de plus en plus rare pour le premier ministre, très exposé depuis la crise sanitaire du coronavirus

La veille, le ministre de l'Intérieur a annoncé une série de mesures afin d'améliorer la déontologie policière. "J'ai demandé à ce qu'une suspension soit systématiquement envisagée pour chaque soupçon avéré d'actes ou de propos racistes", a déclaré Christophe Castaner qui a aussi annoncé l'abandon de la méthode d'interpellation policière controversée de la "prise par le cou, dite de l'étranglement". 

Emmanuel Macron, lui, reste silencieux tant sur la mort de George Floyd, point de départ d'une contestation mondiale, que sur la mort d'Adama Troaré en 2016. Cependant, le président de la République a demandé à Nicole Belloubet de se pencher sur le dossier. 

"Confiance", "respect" et "exigence"

Édouard Philippe s'est exprimé pour la première fois sur le sujet des violences policières. Le premier ministre a appelé au "respect et à la confiance", mais aussi à "l'exigence" vis-à-vis des forces de l'ordre. Le premier ministre a débuté sa prise de parole par ces mots : "Les Hommes naissent libres et égaux en droit. C'est la première phrase de la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen. C'est la première phrase du premier texte qui dit la République que nous voulons construire. C'est l'exacte inverse d'une société qui serait fondée sur l'appartenance à une religion, sur la couleur de peau, ou sur une distinction qui n'aurait rien à voir avec cette idée fondamentale".

À lire aussi
Ille-de-France
Seconde rixe en Essone : un mineur accusé de meurtre et tentative de meurtre

Le premier ministre a adressé un "message de confiance et de respect (...) dans un moment où l'émotion est très grande, très légitime, très partagée", aux forces de l'ordre. "Nous leur devons respect et confiance", comme le fait "l'immense majorité des Français", mais "nous avons également un devoir d'exigence vis-à-vis d'elle", a-t-il ajouté. Le chef du gouvernement a aussi adressé un message aux forces de l'ordre. La mission des policiers et gendarmes, qui "sont en première ligne" pour "nous protéger tous", est "redoutablement difficile", car ils sont "confrontés à des tensions, à des menaces à des risques". 

Le racisme est une forme de maladie de l’âme, une forme de faiblesse

Édouard Philippe
Partager la citation

Édouard Philippe s'est exprimé aussi sur la mort de George Floyd aux États-Unis. Un décès qui provoque une "émotion partagée dans tous les pays du monde", à la suite de la "diffusion d'images montrant la mort d'un homme dans des conditions inacceptables et, à vrai dire, monstrueuses". Et d'ajouter : "La vérité, c’est que le racisme est une forme de maladie de l’âme, une forme de faiblesse. Il faut la dénoncer, c’est autant un combat individuel qu’un combat collectif".

Assa Traoré, la soeur d'Adama Traoré a pris la parole quelques minutes avant l'intervention du premier ministre. pour réclamer des "actes de Justice" sur la mort de son frère. Elle a appelé à une nouvelle manifestation samedi 13 juin. En réponse à la proposition de rendez-vous émise par Nicole Belloubet, Assa Traoré répond par la négative : "On ne demande pas que des discussions se fassent dans un salon de thé de l'Élysée".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Evry Essonne Racisme
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants