1 min de lecture Gouvernement

Vaccins anti-Covid : "Véran nous a traité avec mépris", pointe une maire

INVITÉE RTL - Florence Portelli, maire LR de Taverny, demande au gouvernement d'avoir plus de respect envers les maires chargés de mettre en place les centres de vaccinations anti-Covid.

Christelle Rebiere L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Vaccins anti-Covid : "Véran nous a traité avec mépris", pointe une maire Crédit Image : Patrick KOVARIK / AFP | Crédit Média : Christelle Rebière | Durée : | Date : La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière et Ryad Ouslimani

La gronde des maires de France ne cesse de monter vis-à-vis des doses de vaccins disponibles dans les centres dédiés à la vaccination des populations fragiles. Mardi 19 janvier, Jean Castex les a appelés au calme, leur demandant de "cesser d'affoler". Sur Twitter, Florence Portelli, maire LR de Taverny (Val-d'Oise), a même accusé Olivier Véran de mentir. "Jusque là j'ai été bonne fille, bonne exécutante", assure l'élue sur RTL.

"On est là pour être partenaires de l'État, pas adversaires, et le ministre (de la Santé) nous a traité avec beaucoup de mépris", reproche-t-elle. Florence Portelli estime qu'Olivier Véran a aussi manqué de respect à Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France. 

"On a un centre Covid à Taverny qui existe depuis le mois de mars, on a aussi eu l'accord de l'ARS pour ouvrir la partie vaccination. Et quand on a voulu ouvrir il n'y avait pas les aiguilles, on n'avait pas les seringues", déclare Florence Portelli. Or, le ministre de la Santé a assuré que tout le matériel est livré dans les centres, et pas seulement les doses de vaccins. "Je peux vous dire combien ça m'a coûté. La première semaine, 400 euros pour les seringues et les aiguilles. On a aussi payé des réfrigérateurs, 1.335 euros", illustre-t-elle. Et ce sans compter les divers frais, dont administratifs. 

Ainsi, l'élue explique que selon elle Olivier Véran n'a pas conscience de la réalité du terrain. Elle appuie en ce sens la proposition de Valérie Pécresse (dont elle est la vice-présidente de région) d'allouer 10.000 euros aux communes en difficulté pour couvrir ces coûts financiers. "Il ne faut pas prendre les maires pour des demeurés", tonne-t-elle. "Je connais beaucoup de collègues qui sont choqués, quel que soit le bord politique", assure Florence Portelli.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Olivier Véran Vaccin
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants