1 min de lecture Assemblée nationale

Une élue proche de Manuel Valls soupçonnée de détournement de fonds à l'Assemblée nationale

L'assistante d'un député socialiste, par ailleurs élue dans l'Essonne, aurait utilisé les comptes personnels et professionnels du parlementaire pour financer son train de vie pendant près d’un an.

L'assistante parlementaire d'un député PS est soupçonnée d'avoir détourné plusieurs dizaine de milliers d'euros.
L'assistante parlementaire d'un député PS est soupçonnée d'avoir détourné plusieurs dizaine de milliers d'euros. Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Le député de Mayotte Saïd Boinali est tombé des nues lorsque la banque de l'Assemblée nationale l'a appelé pour lui annoncer le blocage de ses comptes bancaires. En cause, un découvert conséquent que l'élu ne parvient pas à expliquer, avant comprendre que son assistante parlementaire Fatoumata Koïta avait utilisé ses cartes de crédit et ses chéquiers pour son usage personnel, révèle Mediapart. L'affaire devient d'autant plus gênante que ses dépenses portent sur les comptes personnels de Saïd Boinali, mais aussi sur les comptes "Indemnités représentatives de frais de mandat" (IRFM), alimentés par l'Assemblée nationale à hauteur de 5.700 euros.

L'usage frauduleux de ces comptes par Fatoumata Koïta aurait duré pendant près d'un an, jusqu'en février 2015. Au menu, des achats sur Internet, des sorties cinéma, du shopping chez Mango, Zara ou Sephora, mais aussi des billets d'avion achetés chez Air France. Alors qu'une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet d'Évry, on ne connaît pas le montant exact de ces dépenses, mais elles pourraient s'élever à plusieurs dizaines de milliers d'euros selon Mediapart.

Un poulain de Manuel Valls

Malgré l'utilisation frauduleuse de ses indemnités parlementaires, Saïd Boinali ne s'est toujours pas séparé de son assistante parlementaire. Il affirme cependant que Fatoumata Koïta "a commencé à rembourser" les sommes dépensées, et se contente de lui reprocher des "maladresses" et quelques "bêtises", tout en affirmant que son licenciement est à l'étude.

Inconnue du grand public, la jeune femme de 32 ans n'est pas tout à fait arrivée à l'Assemblée par hasard. Fin 2013, elle a été embauchée sur recommandation d’un collaborateur du groupe PS "sans qu’elle sache rien de Mayotte" "ni guère plus du travail parlementaire", rapporte le site d'information. Cette élue socialiste de l'Essonne a notamment fait ses classes sous l'égide bienveillante de Manuel Valls, député-maire d'Évry jusqu'en 2012. Conseillère municipale en 2008, elle se présente aux élections départementales en 2014. Le Premier ministre est d'ailleurs venu soutenir sa campagne dans l'Essonne en mars 2015.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Assemblée nationale Parti socialiste Evry
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants