2 min de lecture Grand débat

Supprimer l'ENA : "C’est quelque peu démago", selon Alba Ventura

ÉDITO - Les énarques sont de super-généralistes, ils savent répondre à tout, ils sont méthodiques, efficaces, mais ils ne sont pas des spécialistes.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
ENA : "ils ne sont pas dans le concret", dit Alba Ventura Crédit Image : PATRICK HERTZOG / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura édité par Camille Schmitt

Que faire de l'ENA, l'École Nationale d'Administration ? On dit qu'Emmanuel Macron envisage de supprimer ou de réformer l'école dont il est issu. Évidemment, la nouvelle n'a pas réjoui les principaux intéressés. Ce n’est pas très agréable d’être dans le viseur !

C’est quelque peu démago de vouloir supprimer l’ENA. On voit bien que l’on est dans les symboles, c’est un peu "Je ne touche pas à l’ISF, mais vous allez voir : l’ENA, c'est fini". Mais il n’empêche qu’il faut dire à ces jeunes gens qu’il est urgent, sinon de remplacer, tout au moins de réformer l’ENA.

Parce que si l’ENA est une grande école d’excellence, elle est aussi une école de reproduction des élites. La notion de méritocratie qui était l’idée d’origine, celle de Michel Debré et Jean-Marcel Jeanneney, ces deux fidèles du général de Gaulle, a été perdue de vue. 

Des petits-fils d'ouvriers, d'agriculteurs, d'employés...

Alors les jeunes énarques d’aujourd’hui ont été piqué au vif. Ils l’ont dit d’ailleurs dans un tweet : "L’ENA, c’est 14% de petits-enfants d’ouvrier, 9% de petits-enfants d’agriculteur, 12% de petits-enfants d’artisan-commerçant, ou encore 12% de petits-enfants d’employés."

À lire aussi
Les membres du Conseil économique, social et environnemental le 16 novembre 2010 à Paris écologie
La Convention citoyenne sur le climat "ne doit pas servir d'écran de fumée", dit Élodie Martini-Cousty

Des petits-enfants, oui. Donc, à les entendre, ils seraient 47% à être issus de la France d’en bas. Mais dites-nous plutôt combien d’élèves sont fils et non pas petit-fils, d’ouvriers, d’agriculteurs, d’artisans et d’employés ? Là, tout confondu, on tombe à 15%…

Il ne s’agit pas de pointer du doigt ces têtes bien pleines et bien faites. Il n’y a pas que dans cette école que la reproduction des élites est à l’œuvre. Il s’agit seulement d'encourager cette école à se démocratiser, se diversifier.

Déconnexion

Or, cela fait 40 ans qu'on en parle. Et par ailleurs dans l’exécutif, Emmanuel Macron n’est pas le premier. Ça avait été l’un des sujets de son ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, à l’époque où il défendait ses couleurs à la primaire de la droite.

Ce qui revient le plus souvent, chez les énarques qui remettent en cause leur école, c’est qu’au fond ils sont de super-généralistes, ils savent répondre à tout, ils sont méthodiques, efficaces, mais ils ne sont pas des spécialistes. Et ils ne sont pas dans le concret.

À l’ENA, on apprend à devenir des serviteurs de l’État. On apprend le fonctionnement de l’État, le fonctionnement de la diplomatie et de l’administration. On apprend à protéger l’État, et on passe à côté des gens, des citoyens.

Ça à l’air bête dit comme ça, mais c’est la critique qui revient sur la déconnexion des gens d’en haut, de nos si chers hauts-fonctionnaires, que certains appellent "la monarchie technocratique". Ces énarques qui n'ont qu'un seul modèle, la haute administration, et la sécurité de l'emploi, et qui passent directement de l'école aux plus grands postes.
 
Cela dit, attention : ce n’est pas parce que l’ENA aura été rayée d’un trait de plume, que l’on va résoudre les fractures dans notre société.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grand débat École École publique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797460432
Supprimer l'ENA : "C’est quelque peu démago", selon Alba Ventura
Supprimer l'ENA : "C’est quelque peu démago", selon Alba Ventura
ÉDITO - Les énarques sont de super-généralistes, ils savent répondre à tout, ils sont méthodiques, efficaces, mais ils ne sont pas des spécialistes.
https://www.rtl.fr/actu/politique/supprimer-l-ena-c-est-quelque-peu-demago-selon-alba-ventura-7797460432
2019-04-19 08:35:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/eAaNCMCegXG6a3uvLs10Pg/330v220-2/online/image/2019/0419/7797460463_une-plaque-a-l-entree-de-l-ecole-nationale-d-administration-a-paris-le-15-janvier-2013.jpg