1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Stationnement à Paris pour 2022 : Pécresse dénonce une "écologie anti-sociale"
1 min de lecture

Stationnement à Paris pour 2022 : Pécresse dénonce une "écologie anti-sociale"

INVITÉE RTL - La présidente de la région Île-de-France fustige les nouvelles règles de stationnement pour les voitures et les deux-roues annoncées pour 2022 à Paris.

Valérie Pécresse a réagi au futur stationnement dans la ville de Paris pour 2022
Valérie Pécresse a réagi au futur stationnement dans la ville de Paris pour 2022
Crédit : Capture d'écran RTL
Valérie Pécresse était l'invitée de RTL du 16 juin 2021
13:27
Valérie Pécresse est l'invitée de Benjamin Sportouch
13:27
245x300_Sportouch
Benjamin Sportouch
Journaliste

En pleine campagne des régionales, on a appris mardi 15 juin que les motos et les scooters paieront leur stationnement à Paris à partir de 2022. "On a appris aussi hier que les voitures des non-résidents paieraient encore davantage quand ils se gareraient à Paris", explique Valérie Pécresse au micro de RTL ce mercredi.

"Le sujet il est simple : il y a deux visions de l'écologie qui s'opposent. Il y a une vision qui est punitive qui consiste uniquement à interdire et à taxer toujours plus et une vision positive, qui est la mienne, qui est celle d'inciter les franciliens à pouvoir choisir l'écologie", ajoute la présidente de la région Île-de-France.

 "Et je le dis, parce que finalement ces deux choix de société vont s'opposer pendant les régionales. Une écologie anti-sociale, et c'est celle qu'on voit aujourd'hui dans la zone de faible émission à l'intérieur de l'A86 (...), il y a les trois quarts des véhicules dans cette zone qui vont devoir être mis à la casse d'ici 2024. Or, la métropole du grand Paris a fait cette zone de faible émission sans l'accompagner avec des mesures extrêmement puissantes d'aide aux changements des véhicules", poursuit Valérie Pécresse

"C'est pour ça que dans mon projet, il y aura une aide allant jusqu'à 6.000 euros pour aider les franciliens qui habitent ou qui travaillent à l'intérieur de l'A86 pour qu'ils puissent vraiment changer leur véhicule", détaille la présidente de la région Île-de-France. "Quand on taxe, c'est toujours ceux qui n'ont pas les moyens qui sont les plus pénalisés", conclut-elle.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/