1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Soupçons de conflits d'intérêts : Dupond-Moretti "plus que jamais déterminé" à rester ministre
2 min de lecture

Soupçons de conflits d'intérêts : Dupond-Moretti "plus que jamais déterminé" à rester ministre

Mis en examen pour prise illégale d'intérêts, le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, compte bien rester à son poste, comme il l'a affirmé à Beauvais, ce lundi 19 juillet.

Eric Dupond-Moretti le 1er février 2021
Eric Dupond-Moretti le 1er février 2021
Crédit : Guillaume SOUVANT / AFP
Julien Vattaire & AFP

Il est sorti de son silence. Mis en examen pour prise illégale d'intérêts par la commission d'instruction de la Cour de justice de la République, vendredi 16 juillet, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti s'est exprimé pour la première fois à ce sujet lors d'un déplacement à Beauvais, ce lundi 19 juillet. Il a affirmé être "plus que jamais déterminé à être pleinement ministre de la Justice". 

"Rien n'entamera ma détermination, je suis extrêmement serein. Ma légitimité, je la tiens du président de la République et du Premier ministre", a-t-il déclaré en marge d'un déplacement sur le déploiement de téléphones "grave danger" pour les victimes de violences conjugales. "En tant que justiciable, j'ai comme tout le monde des avocats qui feront valoir mes droits et en tant que ministre, je suis à cent pour cent dans la tâche qui est la mienne", a-t-il ajouté.

Vendredi 16 juillet, le Premier ministre Jean Castex avait "renouvelé" toute sa confiance en son ministre de la Justice. Il lui avait également demandé de "poursuivre l’action de réforme et de confortement des moyens accordés au service public de la Justice", dans un communiqué publié par Matignon.

Éric Dupond-Moretti se défend

Dans cette affaire, le ministre est soupçonné d'avoir profité de sa fonction pour régler ses comptes avec des magistrats avec lesquels il avait eu maille à partir quand il était avocat, ce qu'il réfute. "On me reproche d'avoir saisi l'Inspection générale de la justice composée de magistrats indépendants à la suite de procédures initiées par ma prédécesseure Nicole Belloubet", s'est défendu le garde des Sceaux.

À lire aussi

"Avant de saisir l'Inspection générale de la justice, j'ai consulté mes services et en particulier le bureau de déontologie des services judiciaires" qui "m'a demandé de saisir l'Inspection générale de la justice, ce que j'ai fait", a-t-il encore insisté, ajoutant que "l'un des plus hauts magistrats de ce pays, le procureur général (François, NDLR) Molins, nous a également demandé de saisir l'Inspection générale de la justice."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/