1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Soupçons de conflit d'intérêt : Éric Dupond-Moretti sur la sellette ?
1 min de lecture

Soupçons de conflit d'intérêt : Éric Dupond-Moretti sur la sellette ?

Convoqué devant les juges le 16 juillet en vue d'une éventuelle mise en examen, le garde des Sceaux voit sa place au sein du gouvernement remise en question.

Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti le 24 septembre 2020 à Pontoise (Île-de-France)
Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti le 24 septembre 2020 à Pontoise (Île-de-France)
Crédit : Alain JOCARD / AFP
La convocation d'Éric Dupond-Moretti devant les juges peut-elle lui coûter sa place au gouvernement ?
01:18
Benjamin Sportouch - édité par Quentin Marchal

Après une perquisition rarissime de près de 15 heures au ministère de la Justice, Éric Dupond-Moretti est convoqué en vue d'une éventuelle mise en examen. Soupçonné de "prise illégale d'intérêts", le garde des Sceaux devra s'expliquer le vendredi 16 juillet dans le bureau des magistrats de la Cour de justice de la République.

Cette affaire judiciaire pourrait même aller jusqu'à coûter à Éric Dupond-Moretti sa place au gouvernement. L'entourage du ministre ne se fait pas trop d'illusions et s'attend à une mise en examen mais le garde des Sceaux a déjà prévenu qu'il ne démissionnera pas dans cette hypothèse. "Il est serein et apportera toutes les explications nécessaires" réplique ce lundi 5 juillet l'un de ses conseillers.

Mais cette annonce est dure pour le ministre et intervient seulement quelques jours après son revers aux régionales. Selon un autre ministre, "le mal est fait et l'image du garde des Sceaux est écornée". "S'il est mis en examen, au vu de sa fonction, il devra démissionner", estime-t-il également.

De son côté, Matignon préfère attendre la décision des magistrats tandis que l'Élysée n'a livré aucun commentaire. Dans la macronie, mise en examen ne rime pas forcément avec éviction comme le prouve l'exemple de Richard Ferrand, qui est toujours en poste à la présidence de l'Assemblée. Par ailleurs, Emmanuel Macron ne devrait pas céder facilement à une opposition qui réclame la tête d'Éric Dupond-Moretti, assure un ministre.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/