2 min de lecture Procès emplois fictifs

Soupçons d'emplois fictifs : qu'est-il reproché à François Fillon ?

ÉCLAIRAGE - Du 24 février au 11 mars 2020, l'ancien Premier ministre sera jugé dans l'affaire des emplois fictifs dont aurait bénéficié son épouse Penelope Fillon.

François Fillon au soir de sa défaite au premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017
François Fillon au soir de sa défaite au premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017 Crédit : AFP / Lionel Bonaventure
William Vuillez
William Vuillez
Journaliste RTL

C'est une affaire qui avait été au cœur de l'élection présidentielle de 2017. Alors en pleine campagne en tant que candidat Les Républicains, François Fillon avait été rattrapé par des soupçons d'emplois fictifs de son épouse Penelope Fillon et de ses enfants quand ils étaient ses assistants parlementaires. L'ancien Premier ministre sera jugé du 24 février au 11 mars 2020, dans ce qu'on appelle désormais "l'affaire Fillon". Mais que lui reproche-t-on exactement ?

En janvier 2017, le Canard enchaîné révèle que Penelope Fillon a été rémunérée pendant plusieurs années comme collaboratrice parlementaire de son mari, en affirmant qu'elle n'avait jamais vraiment exercé cette tâche. Une enquête préliminaire est rapidement ouverte par le Parquet national financier, sur les soupçons d'emplois fictifs de Penelope Fillon et des enfants Fillon. Le couple est alors mis en examen.

Le 23 avril 2019, près de deux ans après les premières révélations, des juges d'instruction parisiens ordonnent un procès devant le tribunal correctionnel pour l'ancien Premier ministre et sa femme. 

"Détournement de fonds publics" et "complicité et recel"

Du 24 février au 11 mars prochain, François Fillon devra notamment répondre des chefs d'accusation suivant : "détournement de fonds publics" sur plusieurs périodes entre 1998 et 2013, "complicité et recel" de ce délit, "complicité et recel d'abus de biens sociaux". L'ancien Premier ministre est également poursuivi pour "manquement aux obligations déclaratives de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique".

À lire aussi
Jean-Marie Le Pen, le 9 janvier 2019 justice
Emplois présumés fictifs du RN : Jean-Marie Le Pen mis en examen

La justice reproche à l'ancien candidat à la présidentielle, d'avoir employé son épouse et deux de ses enfants auprès de lui, pour des tâches qu'ils n'auraient pas effectuées. Concernant le dernier chef d'accusation, l'ancien chef de file de la droite est accusé d'avoir oublié de déclarer un prêt de 50.000 euros contracté auprès de son ami Marc Ladreit de Lacharière.

Le milliardaire, propriétaire de la Revue des Deux Mondes, a d'ailleurs été condamné à 8 mois de prison avec sursis et 375.000 euros d'amende pour abus de biens sociaux, pour avoir accordé un emploi fictif à Penelope Fillon. Dans ce contexte, le couple Fillon devra également répondre devant le tribunal de complicité et recel d'abus de biens sociaux. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Procès emplois fictifs François Fillon Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants