1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Shimon Peres était à la fois un grand homme et un piètre politicien", selon Alain Duhamel
1 min de lecture

"Shimon Peres était à la fois un grand homme et un piètre politicien", selon Alain Duhamel

ÉDITO - L’éditorialiste revient sur la carrière politique de l’homme d’État israélien, décédé à l’âge de 93 ans.

Shimon Peres
Shimon Peres
Crédit : Sipa
"Shimon Peres était à la fois un grand homme et un piètre politicien", selon Alain Duhamel
03:11
Alain Duhamel & La rédaction numérique de RTL

Shimon Peres, ancien Premier ministre israélien et prix Nobel de la paix en 1994, est décédé mercredi 28 septembre à l’âge de 93 ans des suites d’un accident vasculaire cérébral. Alain Duhamel a salué la mémoire d’un "homme intelligent, sympathique, très chaleureux, direct, facile d’accès, francophile en plus, connaissant parfaitement notre pays et sa culture". Mais en public, insiste l’éditorialiste, "il était assommant, cravaté, guindé, sans chaleur, sans charisme. Il a été l’un des cinq ou dix bâtisseurs d’Israël et on avait l’impression qu’il n’assumait pas son personnage en public".

Prix Nobel de la paix en 1994, récompense partagée avec Yasser Arafat et Yitzhak Rabin, Shimon Peres "est à la fois Mars et Vénus, l’homme de la guerre et l’homme de la paix", selon Alain Duhamel. "Il est celui qui a armé et équipé Tsahal. Il n’avait pas peur de ses responsabilités, il était même un dur sur le plan militaire. En même temps, il était peut-être le plus grand négociateur de paix d’Israël, précise l’éditorialiste. Tout le monde se rappelle la poignée de mains entre Arafat et Rabin devant Bill Clinton. Mais qui les avait amenés là ? C’était Shimon Peres. C’est pour ça que leur prix Nobel a été partagé à trois."
Alain Duhamel estime que Shimon Peres "n’a pas eu la place qu’il méritait en Israël, mais c’est de sa faute". "Il était à la fois un homme d’État de valeur et un piètre politicien. Plusieurs fois, on annonçait sa victoire et celle de son parti, mais ce sont finalement les autres qui l’emportaient", rappelle l’éditorialiste, qui conclut : "Je suis persuadé que les historiens seront beaucoup plus favorables et reconnaissants envers Shimon Peres que ne l’ont été les commentateurs politiques israéliens."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/