1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Sécurité : "dérive droitière" ou "impuissance politique" ? Polony fait le point
2 min de lecture

Sécurité : "dérive droitière" ou "impuissance politique" ? Polony fait le point

ÉDITO - La sécurité sera semble-t-il au cœur de la campagne présidentielle. Pourquoi ce sujet revient sans cesse dans les débats ? Quelles solutions apporter ? Les réponses de Natacha Polony.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin au Beauvau de la sécurité le 5 mars 2021.
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin au Beauvau de la sécurité le 5 mars 2021.
Crédit : Ludovic MARIN / AFP
L'oeil de Natacha Polony du 26 avril 2021
03:16
L'œil de... Natacha Polony du 26 avril 2021
03:16
micro générique
Natacha Polony

On a l’impression que la campagne électorale est déjà lancée, et que le débat, une fois de plus, va se focaliser sur la sécurité, avec une surenchère délirante. Pourquoi rien ne change ?

De fait, Emmanuel Macron n’avait pas eu besoin de l’attentat de Rambouillet pour lancer une offensive, c’était en début de semaine dernière dans le Figaro. Politiquement, c’est simple, il se dit que la gauche est fracturée, mais que le risque pour lui est à droite. Donc, il doit empêcher la droite de lui intenter un procès en laxisme. En face, au contraire, les Républicains n’ont strictement rien à proposer économiquement, il ne leur reste que la sécurité pour tenter de se démarquer.

C’est la cuisine politicienne. Mais la question à se poser est celle-ci : pourquoi, à intervalles réguliers, ce sujet refait surface ? Parce que la France serait en pleine "dérive droitière", comme l’affirment certains ? Ou parce que l’évolution de la société et le contexte mondial viennent amplifier l’impuissance politique sur ces questions ? Il faut quand même rappeler que la campagne de 2017 ne s’est absolument pas faite là-dessus. Après Charlie Hebdo, le Bataclan, la Promenade des Anglais, on s’est payé le luxe d’une campagne électorale sans réflexion sur le terrorisme et l’islamisme. Chapeau.

Alors quoi ? Il faut se réjouir de voir les futurs candidats aller dessus ? Le problème, c’est qu’évidemment, on a droit à un concours de démagogie. D’un côté, regardez, on a tout bien fait, mais on va voter une loi supplémentaire quand même, de l’autre, on a tout bien fait quand on était au pouvoir, mais il faut faire encore plus. Or, le sujet mérite la nuance, et surtout le long terme.

Quelles sont les solutions possibles ?

À lire aussi

Depuis deux ou trois ans, les attentats commis par des étrangers en situation irrégulière ou récemment régularisés sont les plus fréquents. Totalement indétectables, sauf à espionner les pages Facebook d’à peu près tout le monde. Augmenter le nombre de policiers antiterroristes ne suffira pas. On est en train de parler des conséquences d’une immigration mal gérée, dans un contexte où le jihadisme offre une porte de sortie, une identité de substitution, à ceux qui nourrissent ressentiment et frustration envers la France.

D’ailleurs, Jamel Gochren avait consulté en psychiatrie. La question du suivi psychiatrique est essentielle. Gérer l’immigration, c’est accueillir décemment ceux qui doivent l’être, et leur donner la possibilité de s’intégrer correctement par le travail, les accompagner même psychologiquement, et c’est renvoyer réellement ceux qui n’ont pas vocation à rester.


L’horreur de Rambouillet ne sera pas traitée par des dispositions sécuritaires liées à l’antiterrorisme mais par un travail de la France et de l’Europe pour porter une politique migratoire digne de ce nom.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/