3 min de lecture Carla Bruni

Affaire Buisson : Sarkozy tente d'obtenir le retrait des enregistrements

Le couple présidentiel engage une procédure d'urgence contre Buisson et Atlantico et demande le retrait des enregistrements qui met dans l'embarras la droite.

L'ancien couple présidentiel, se rendant dans un restaurant pour célébrer les 58 ans de Nicolas Sarkozy, le 28 janvier 2013 à Paris.
L'ancien couple présidentiel, se rendant dans un restaurant pour célébrer les 58 ans de Nicolas Sarkozy, le 28 janvier 2013 à Paris. Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

L'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy demande ce lundi 10 mars, à la justice le retrait des enregistrements réalisés par son ex-conseiller à l'Elysée Patrick Buisson.

L'ex-président et son épouse Carla Bruni-Sarkozy ont engagé une procédure d'urgence devant le Tribunal de grande instance de Paris contre Patrick Buisson et contre le site d'information Atlantico qui a mis en ligne des extraits des bandes sonores dans lesquels on peut notamment entendre des conversations de Nicolas Sarkozy avec des proches.
Par cette action en référé, examinée lundi à 14 heures, ils espèrent obtenir une décision dissuasive, car il n'est pas possible de bloquer préventivement la diffusion d'autres extraits de ces enregistrements, réalisés clandestinement, selon les plaignants, par l'ancien conseiller durant le quinquennat Sarkozy, entre 2007 et 2012.

Cette affaire embarrasse l'ancien chef de l'Etat, dont le retour en vue de la présidentielle de 2017 fait l'objet de spéculations depuis des mois, et plus largement la droite à l'approche des municipales. Plusieurs responsables de gauche n'ont pas manqué de la juger révélatrice des moeurs politiques de l'ancien exécutif. "Ces conversations, captées en continu, pendant toute la durée de la présence de Patrick Buisson auprès de Nicolas Sarkozy qui se trouvait dans une résidence privée en compagnie de son épouse, n'avaient aucune vocation à se retrouver fixées et diffusées dans le public", selon l'assignation déposée au nom de l'ex-président de la République.

Atlantico retire un extrait

L'avocat de Buisson, Gilles-William Goldnadel, considère cette action en justice comme "moralement légitime", mais assure que son client n'y est pour rien si les bandes ont été rendues publiques.

À lire aussi
Nicolas Sarkozy, Carla Bruni et François Hollande lors des funérailles de Jacques Chirac, le 30 octobre 2019 Mort de Chirac
Hommage à Jacques Chirac : François Hollande révèle ce qu'il a dit à Carla Bruni

Ancien directeur du journal d'extrême droite Minute, "monarchiste" et "royaliste" revendiqué dans ses propres enregistrements, l'ancien conseiller présidentiel a également annoncé par la voix de son avocat son intention de porter plainte pour "vol et recel" de ces extraits sonores.

Dimanche, à la veille de l'audience, Atlantico a retiré l'extrait de l'enregistrement réalisé le 26 février 2011 à la résidence de la Lanterne, dans lequel on pouvait entendre Carla Bruni, mais a laissé les autres en ligne. Si "la publication de ces propos était fondée sur l'intérêt légitime de l'information du public", affirme le site, "nous avons décidé dans un souci d'apaisement de les retirer purement et simplement" car l'ancienne première dame "n'est pas une personnalité politique".

Carla, "victime collatérale"

Néanmoins la chanteuse maintient ses demandes, qui visent également Patrick Buisson, a indiqué son avocat Richard Malka. Outre le retrait des enregistrements, sous astreinte de 5.000 euros par jour de retard, Sarkozy et Bruni-Sarkozy demandent chacun un euro de dommages et intérêts à Atlantico et 30.000 euros à l'ancien conseiller, qui seraient reversés intégralement à la fondation de lutte contre le sida de l'ex-première dame. "S'agissant de propos dont nul ne conteste qu'ils ont été tenus à titre privé et, sauf à anéantir l'un des piliers démocratiques que constitue le secret des conversations privées, en instaurant au lieu et place une société orwellienne où personne ne serait plus garanti contre l'enregistrement et la diffusion de ses conversations privées, il apparaîtra nécessaire de condamner sévèrement ce type de procédés", souligne maître Malka dans l'assignation déposée pour Bruni-Sarkozy. Elle y est décrite comme une "victime collatérale".

Le publicitaire Jean-Michel Goudard, qui conseillait aussi l'ancien président, a également déposé un référé contre Patrick Buisson, Atlantico, ainsi que contre Le Canard enchaîné, qui a le premier publié des retranscriptions des enregistrements. Cette audience est prévue lundi en fin de matinée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Carla Bruni Nicolas Sarkozy Patrick Buisson
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants