1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Salaires des grands patrons : en cas de baisse, Carlos Tavares craint une fuite des cerveaux
1 min de lecture

Salaires des grands patrons : en cas de baisse, Carlos Tavares craint une fuite des cerveaux

INVITÉ RTL - Le patron du groupe automobile PSA a tenu à rappeler : depuis "six ans, nous avons multiplié par cinq le montant des primes d’intéressement que nous reversons à nos collaborateurs".

Carlos Tavares, PDG de PSA est l'invité du Grand Jury le 1er mars
Carlos Tavares, PDG de PSA est l'invité du Grand Jury le 1er mars
Crédit : Nicolas Kovarik/Agence 1827/RTL
Le Grand Jury de Carlos Tavares
52:32
Le Grand Jury de Carlos Tavares
52:32
245x300_Sportouch
Benjamin Sportouch
Journaliste

Comme pour les personnalités politiques, le train de vie et le salaire des patrons de grandes entreprises françaises sont attentivement scrutés. Selon les derniers chiffres communiqués, le patron de PSA, Carlos Tavares, a touché 7,6 millions d'euros. Est- il favorable, comme l'avait proposé la France insoumise pendant l'élection présidentielle, à un écart de salaires allant de 1 à 20 dans la même entreprise ?

Invité lors du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI dimanche 1er mars, Carlos Tavares demande quelles seraient les conséquences d'une telle mesure. Le PDG du groupe PSA affirme qu'il s'agit d'une "superficialité que nous devons essayer de combattre", sans tenir compte des "impulsions". 

"Nous avons une gouvernance extrêmement claire qui fait que le salaire du patron de l'entreprise est décidé par le Conseil de surveillance et non pas par le directoire. Ce n'est pas moi évidemment qui décide de mon salaire. Moi l'option que j'ai, c'est de dire oui ou non", explique-t-il tout en dénonçant une fuite des cerveaux. 

Est-ce que c'est dans notre intérêt de mettre au pouvoir à la tête de nations, des personnes qui seraient aussi faiblement rémunérées ?

Carlos Tavares, patron de PSA

Et d'ajouter : "Je peux comprendre que ça créé un certain émoi mais je peux aussi vous dire que depuis six ans, nous avons multiplié par cinq le montant des primes d’intéressement que nous reversons à nos collaborateurs. Sur dix ans, le montant des primes de performances versé à nos salariés et du même ordre de grandeur que le montant des dividendes versé à nos actionnaires".

À lire aussi

Concernant la rémunération du président de la République et de la classe politique, Carlos Tavares estime qu'il s'agit d'"une vraie question de fond de démocratie européenne. Est-ce que c'est dans notre intérêt de mettre au pouvoir à la tête de nations aussi puissantes et riches que la France, des personnes qui seraient aussi faiblement rémunérées ?", questionne-t-il. 

La rédaction vous recommande
Sur les thématiques :

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/