1 min de lecture Royaume-Uni

Royaume-Uni : premier revers électoral pour Boris Johnson et sa majorité parlementaire

Après une défaite de son parti à une élection partielle, le parti conservateur du Premier ministre ne bénéficie que d'une faible majorité parlementaire, à seulement une voix, compliquant sa stratégie pour le Brexit.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson
Le Premier ministre britannique Boris Johnson Crédit : Oli SCARFF / AFP
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini
et AFP

Le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson a subi son premier revers dans les urnes. Une défaite de son parti à une élection partielle a en effet ramené sa faible majorité parlementaire à seulement une voix, compliquant sa stratégie pour le Brexit. 

Le Parti conservateur au pouvoir, dont Boris Johnson a pris la tête la semaine dernière, a perdu le siège de la circonscription de Brecon et Radnorshire, au Pays de Galles (ouest), au profit d'une candidate pro-européenne, selon les résultats officiels annoncés vendredi. Cette défaite fragilise le tout nouveau gouvernement qui vient d'annoncer le doublement de son budget annuel consacré aux préparatifs d'un Brexit sans accord, en leur allouant 2,1 milliards de livres supplémentaires (2,3 milliards d'euros). 

Cet argent servira à "accélérer les préparations à la frontière, soutenir les préparatifs des entreprises et assurer l'approvisionnement des médicaments essentiels" ainsi qu'à lancer une nouvelle campagne de communication sur le Brexit, a précisé le ministère des Finances. Au total, 6,3 milliards de livres (6,9 milliards d'euros) auront été alloués pour préparer le Brexit, dont 4,2 milliards cette année. 

Le Royaume-Uni quittera l'UE, accord ou pas, le 31 octobre

"Depuis que je suis arrivé au Trésor, j'ai mis le turbo pour nos préparatifs (...) pour un Brexit sans accord, non parce que nous le voulons, mais nous devons être préparés car nous partirons le 31 octobre", a déclaré ce jeudi 1er août le nouveau ministre des Finances Sajid Javid. Si Boris Johnson veut renégocier l'accord de retrait conclu entre l'ancienne Première ministre Theresa May et Bruxelles, ce que l'Union européenne exclut, il a affirmé qu'en cas d'échec, il ne demanderait pas de nouveau report du Brexit et que le Royaume-Uni quitterait l'UE, accord ou pas, le 31 octobre

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Royaume-Uni Parlement Élections
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants