1 min de lecture Industrie

Renault : Bruno Gollnisch candidat à la succession de Carlos Ghosn

L'eurodéputé Rassemblement national Bruno Gollnisch a présenté mercredi 21 novembre sa candidature à la présidence du groupe automobile pour remplacer Carlos Ghosn, soupçonné de malversations financières.

Bruno Gollnisch lors d'un meeting à Paris le 17 novembre 2013
Bruno Gollnisch lors d'un meeting à Paris le 17 novembre 2013 Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
104761573555224952563
Clémence Bauduin
et AFP

Détenteur d'actions au sein du groupe Renault, maîtrisant l'usage de la langue japonaise, Bruno Gollnisch estime avoir les atouts pour succéder au patron Carlos Ghosn, soupçonné de malversations financières. L'eurodéputé Rassemblement national (RN) a présenté mercredi 21 novembre sa candidature à la présidence du groupe automobile

L'élu RN, qui parle japonais et affirme détenir 50 actions Renault achetées il y a plusieurs années, demande dans un communiqué la tenue d'une Assemblée générale du groupe et se déclare "candidat au conseil d'administration de Renault, et même, en tant que de besoin, à la présidence de cette société".

Se présentant en "cost killer (spécialiste de la réduction des coûts, ndlr) d'un nouveau genre", Bruno Gollnisch promet, s'il est élu, de réduire "des trois quarts la rétribution anormalement élevée" du président de Renault et d'indexer les revenus des dirigeants sur "la progression des revenus de tous les employés" et "le cours de l'action" de l'entreprise.

À lire aussi
Un apprenti soudeur à Bondoufle dans l'Essonne, le 27 septembre 2018. économie
L'emploi dans les industries mécaniques progresse, une première en 10 ans

L'eurodéputé fait valoir qu'il a été "avocat international" et connaît à ce titre "le monde des affaires". Bruno Gollnisch, qui a notamment été professeur des universités de langue et civilisation japonaise, affirme aussi maîtriser "la langue, la culture, les usages et le droit (japonais), ce qui est un atout considérable" selon lui pour l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. 

Ghosn toujours en garde à vue

Le parquet japonais reproche à Carlos Ghosn, PDG du numéro un mondial de l'automobile Renault-Nissan-Mitsubishi (en nombre de voitures et utilitaires légers vendus en 2017), d'avoir "conspiré pour minimiser sa rétribution à cinq reprises entre juin 2011 et juin 2015". Celui-ci est soupçonné de n'avoir déclaré que 4,9 milliards de yens (environ 37 millions d'euros au cours actuel) contre près de 10 milliards de yens réellement perçus sur la période. Carlos Ghosn a vu sa garde à vue prolongée à Tokyo.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Industrie Renault Rassemblement national
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795665885
Renault : Bruno Gollnisch candidat à la succession de Carlos Ghosn
Renault : Bruno Gollnisch candidat à la succession de Carlos Ghosn
L'eurodéputé Rassemblement national Bruno Gollnisch a présenté mercredi 21 novembre sa candidature à la présidence du groupe automobile pour remplacer Carlos Ghosn, soupçonné de malversations financières.
https://www.rtl.fr/actu/politique/renault-bruno-gollnisch-candidat-a-la-succession-de-carlos-ghosn-7795665885
2018-11-22 12:22:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/vFUTgT5SfnjDuf6VIVA88w/330v220-2/online/image/2015/0430/7777525217_bruno-gollnisch-lors-d-un-metting-a-paris-le-17-novembre-2013.jpg