3 min de lecture Remaniement ministériel

Remaniement : 5 chantiers qui attendent Christophe Castaner à l'Intérieur

ÉCLAIRAGE - Sécurité quotidienne, lutte contre le terrorisme, enjeux migratoires, redécoupage électoral... Le programme du nouveau premier flic de France est chargé.

Édouard Philippe et Christophe Castaner lors de la passation de pouvoir au ministère de l'Intérieur le 16 octobre 2018
Édouard Philippe et Christophe Castaner lors de la passation de pouvoir au ministère de l'Intérieur le 16 octobre 2018 Crédit : Philippe LOPEZ / AFP
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
et AFP

"Aujourd'hui, on vit côte à côte, je crains que demain on puisse vivre face à face". Voilà le mauvais présage qu'a laissé Gérard Collomb sur le parvis de la place Beauvau le 4 octobre dernier. L'ancien ministre de l'Intérieur et à nouveau maire de Lyon laisse à son successeur un pays fracturé, d'après ses mots, et des défis majeurs à relever

Christophe Castaner a du pain sur la planche. Si son prédécesseur avait déjà signé deux réformes fortes du quinquennat - sur la lutte antiterroriste et sur l'immigration - il ne pourra pas chômer pour autant. Les chantiers sont nombreux et sensibles. 

Heureusement, il sera épaulé par un homme d'expérience dans le domaine de la sécurité intérieure, un homme de terrain qui a aussi été patron de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), Laurent Nuñez

À lire aussi
Laurent Gerra Jean-Pierre Raffarin
Le meilleur de Laurent Gerra avec Jean-Pierre Raffarin

1. Sécurité

Le nouveau ministre hérite de la police de sécurité du quotidien (PSQ), un engagement du candidat Macron mis en musique par Gérard Collomb. "Il faut toiletter le code de procédure pénale, moderniser police et gendarmerie", analyse David Le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN-Unsa). 

Le discours très sombre de M. Collomb, lors de la passation de pouvoir avec Édouard Philippe, décrivant des quartiers où "narcotrafiquants et islamistes radicaux ont pris la place de la République" , aura ajouté de l'inquiétude au malaise persistant des forces de l'ordre sur le terrain, relèvent plusieurs sources policières. 

2. Terrorisme

En matière de terrorisme, il y a la nouvelle loi votée au début du quinquennat et la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), qui a vu ses effectifs gonfler, a été désignée comme cheffe de file de la lutte antiterroriste. 

Les sorties de prison des détenus condamnés pour terrorisme ou radicalisés en détention constitueront un réel défi pour les années à venir.  

3. Les syndicats

"À l'Intérieur, tu ne mets pas n'importe qui", prévient un syndicaliste. Dans les couloirs de Beauvau, on souligne déjà le caractère brûlant des prochains mois avec les prochaines élections professionnelles : "Il a intérêt à être dedans très rapidement", tranche la source syndicale.  

"Il y a forcément une surenchère dans ces périodes-là. Aucun syndicat ne pourra se montrer trop faible à l'égard de l'exécutif", explique Mathieu Zagrodzki, chercheur en science politique. "Les coups à prendre sont nombreux. Il faut une volonté réformatrice de tout en haut et une feuille de route pour un ministre fort", prévient de son côté David Le Bars. 

4. Immigration

Christophe Castaner devra également mettre en oeuvre la loi asile-immigration votée cet été. Alors que l'immigration est devenue le cheval de bataille des populistes en Europe à l'approche des élections européennes de mai 2019, il peut aussi s'attendre à une actualité chargée avec les pays voisins. 

Il faut en effet convaincre l'Italie d'abandonner sa politique de "ports fermés" aux bateaux de migrants. Paris défend un principe de répartition qui fait tiquer les pays du groupe de Visegrad (République tchèque, Hongrie, Pologne et Slovaquie). 

Pour Beauvau, ce casse-tête se traduit pour le moment par la hausse des demandes d'asile provenant de personnes déjà enregistrées dans un autre pays, aux termes du règlement de Dublin qui est en cours de réforme. La France présente un profil atypique en Europe avec une hausse continue de la demande d'asile (100.000 l'an dernier avec une hausse modérée attendue cette année), alors qu'elle baisse chez ses voisins. 

5. Redécoupage électoral

Il reste pour le moment suspendu à l'adoption de deux projets de loi révisant les institutions et prévoyant une réduction globale de près de 30% des parlementaires et l'introduction d'une dose de proportionnelle. "C'est un chantier politique très important", souligne Denys Pouillard, qui préside l'Observatoire de la vie politique et parlementaire. 

Une fois les lois adoptées, Beauvau sera à la manœuvre. Mais il faudra aussi composer avec le président de l'Assemblée nationale. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Remaniement ministériel Christophe Castaner Sécurité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795207815
Remaniement : 5 chantiers qui attendent Christophe Castaner à l'Intérieur
Remaniement : 5 chantiers qui attendent Christophe Castaner à l'Intérieur
ÉCLAIRAGE - Sécurité quotidienne, lutte contre le terrorisme, enjeux migratoires, redécoupage électoral... Le programme du nouveau premier flic de France est chargé.
https://www.rtl.fr/actu/politique/remaniement-ministeriel-les-chantiers-qui-attendent-castaner-a-l-interieur-7795207815
2018-10-16 12:37:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/06Sck4Djio9AyVKGG5M6Lg/330v220-2/online/image/2018/1016/7795208075_edouard-philippe-et-christophe-castaner-lors-de-la-passation-de-pouvoir-au-ministere-de-l-interieur-le-16-octobre-2018.jpg