3 min de lecture Migrants

Italie : Matteo Salvini et son parti multiplient les mesures xénophobes

Couvre-feu pour les magasins tenus par des étrangers, les enfants étrangers tenus à l'écart dans les cantines ou l'évacuation de migrants d'un village... La Ligue et Matteo Salvini ont multiplié les décisions contre les étrangers vivant en Italie ce week-end.

La Premier ministre italien Matteo Salvini à Rome le 8 octobre 2018
La Premier ministre italien Matteo Salvini à Rome le 8 octobre 2018 Crédit : Luigi Mistrulli/SIPA
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

L'Italie bascule-t-elle dans la xénophobie ? En fin de semaine dernière, plusieurs mesures ont été annoncées, et ont fait réagir, par le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini et son parti anti-migrants, La Ligue. 

C'est lors d'un live sur le réseau social Facebook jeudi 11 octobre que Matteo Salvini a annoncé vouloir imposer un horaire particulier de fermeture des supérettes qu'il appelle "ethniques". Soit un couvre-feu à 21 heures, si elles sont tenues par des étrangers.

Ainsi, le ministre italien souhaite mettre en pratique "un amendement prévoyant la fermeture de boutiques ethniques" à 21 heures afin de "limiter les abus et les irrégularités de certains magasins, presque tous gérés par des citoyens étrangers, qui sont devenus des refuges pour ceux qui troublent l’ordre public"

À lire aussi
Embarcation de migrants - Illustration Migrants
L'Italie saisit un navire humanitaire avec 48 migrants à bord

Même s'il se défend d'une "initiative contre les magasins étrangers", cette mesure est discriminatoire. Elle rappelle à certains commentateurs sur les réseaux sociaux les heures les plus sombres de l'Europe qui font référence aux mesures prises contre les juifs sous le IIIe Reich, comme le boycotte des magasins juifs, pour en faire une frange de la population rejetée et à l'écart de la société.

L'évacuation d'un village de migrants devenu modèle d'intégration

Matteo Salvini n'a pas fini d'indigner ses opposants italiens et européens. Dimanche, il a ordonné l'évacuation d'un village italien devenu un modèle d'intégration des réfugiés. Il veut les transférer dans des centres d'hébergement. 

Avec son parti La Ligue, ils ont fait de Riace, en Calabre, un exemple de leur "guerre contre le business de l'immigration" alors que ce village est présenté par les partisans du maire Domenico Lucano, comme une expérience phare d'intégration de nouveaux venus dans une commune moribonde. 

Honte

Enrico Letta, ancien Premier ministre
Partager la citation

Maire qui a d'ailleurs été arrêté début octobre, accusé d'avoir commis des irrégularités au profit des demandeurs d'asile. Quelque 200 personnes qui se sont établies dans cette localité dépeuplée seront affectées, selon des médias italiens.

L'ancien Premier ministre, Enrico Letta, a réagi sur Twitter : "Honte. Ce n'est pas l'Italie""Stop Salvini. Ne fermez pas les yeux", a lancé pour sa part l'Association nationale des partisans d'Italie (ANPI). "Si Lucano est (considéré comme) le danger en Calabre, ça veut dire que la mafia est en train de gagner", a averti de son côté l'ancien maire de Naples, Luigi de Magistris, qui a été pendant neuf ans procureur en Calabre. 

Des enfants étrangers déjeunent à l'écart de leurs camarades

Les enfants ne sont pas épargnés par les discriminations anti-migrants légiférées en Italie. La maire d'un village du nord, Lodi, membre de La Ligue, a fait adopter une résolution à la rentrée. Elle demande aux familles étrangères de déclarer leur patrimoine, en Italie mais aussi dans leur pays d'origine. 

Celles qui ne le font pas - souvent parce qu'elles ne peuvent pas - sont punies par l'application du tarif le plus cher à la cantine pour leurs enfants. Les enfants qui apportent un sandwich de la maison, car leurs parents ne peuvent pas payer, doivent alors déjeuner à l'écart de leurs camarades. Ils ne peuvent pas non plus bénéficier du système de ramassage scolaire. On compte environ 300 enfants concernés par la mesure qui a vite suscité des réactions indignées.

Ce qui se passe est inhumain

Matteo Renzi, ancien Premier ministre
Partager la citation

 À commencer par l'autorité italienne garante des droits des enfants. "Tous les enfants doivent être réadmis à la cantine immédiatement. Il est impensable de forcer de jeunes enfants à manger seuls, séparés de leurs camarades de classe parce que leurs parents ne peuvent pas payer", a déclaré Filomena Albano, à la tête de l'autorité, au quotidien La Repubblica

Filomena Albano estime que refuser la cantine aux enfants est une violation de leurs droits fondamentaux. "Ce qui se passe est inhumain", a jugé l'ancien Premier ministre de centre-gauche Matteo Renzi. Le chef de la Ligue Matteo Salvini a au contraire défendu la maire de Lodi, jugeant que cette mesure permettrait d'arrêter ceux qui trichent et abusent du système. 

Une xénophobie assumée par Matteo Salvini

Matteo Salvini a construit son discours autour de ce thème principal : l'immigration. Son slogan est d'ailleurs "Les Italiens d'abord", en référence à l'"America First" de Donald Trump. Avant son entrée au gouvernement italien, il promettait déjà de "raser les camps de roms" avec des "bulldozers". 

Sur les migrants, il a refusé de laisser accoster l'Aquarius cet été. Il est par ailleurs parti en guerre contre les ONG d'aide aux réfugiés. 

En Italie, ses opposants le comparent à Adolf Hitler, notamment à travers des campagnes visuelles dans lesquelles Matteo Salvini est représenté avec une moustache hitlérienne ou le costume de nazi. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Migrants Italie Extrême droite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795191394
Italie : Matteo Salvini et son parti multiplient les mesures xénophobes
Italie : Matteo Salvini et son parti multiplient les mesures xénophobes
Couvre-feu pour les magasins tenus par des étrangers, les enfants étrangers tenus à l'écart dans les cantines ou l'évacuation de migrants d'un village... La Ligue et Matteo Salvini ont multiplié les décisions contre les étrangers vivant en Italie ce week-end.
https://www.rtl.fr/actu/international/italie-matteo-salvini-et-son-parti-multiplient-les-mesures-xenophobes-7795191394
2018-10-15 13:06:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/94zWnQk3S2dvFm-r4N1inw/330v220-2/online/image/2018/1015/7795191550_la-premier-ministre-italien-matteo-salvini-a-rome-le-8-octobre-2018.jpg