1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. La police de sécurité du quotidien sera expérimentée sur une "quinzaine de sites"
1 min de lecture

La police de sécurité du quotidien sera expérimentée sur une "quinzaine de sites"

Le directeur général de la police nationale, Éric Morvan, a annoncé le 6 octobre que l'expérimentation serait mise en place début 2018.

Un véhicule de la police nationale (Illustration)
Un véhicule de la police nationale (Illustration)
Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Clarisse Martin & AFP

C'était une promesse de campagne d'Emmanuel Macron. La future police de sécurité du quotidien (PSQ) sera expérimentée au début de l'année 2018, sur une "quinzaine de sites", a annoncé ce vendredi 6 octobre Éric Morvan, directeur général de la police nationale (DGPN).

"Il y aura une expérimentation sur une quinzaine de sites qui couvriront un large panel de situations parce que le territoire, les quartiers, les villes de délinquance, selon les bassins géographiques, ne sont pas les mêmes. Nous nous attacherons à tester le dispositif dans différentes situations opérationnelles", a déclaré le patron de la police nationale au micro d'Europe 1.

Sans préciser le nombre de communes intéressées par ce dispositif, Éric Morvan a souligné que beaucoup de villes étaient "candidates", comme Lille, Lens, Roubaix, Grenoble ou encore Toulouse qui ont annoncé se mettre sur les rangs. "Ça serait assez logique de retenir ces sites mais aussi des sites où la délinquance est plus maîtrisée", a commenté le directeur.

Les territoires qui seront retenus devront mettre en place le dispositif au cours des mois de novembre et décembre, avant de lancer l'expérimentation au début de l'année prochaine. Éric Morvan a répété que la philosophie de la police de sécurité quotidienne impliquait des "éléments de doctrine définis de manière souple au niveau central" et aussi "une part d'initiative au niveau local".

À écouter aussi

Comme promis par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, une concertation avec les "autorités locales, les organisations syndicales, les associations d'élus et des universitaires" doit commencer très prochainement, au lieu de fin septembre, ce qui était initialement prévu. Le DGPN a également annoncé vouloir "associer les policiers de terrain" à la réflexion sur le chantier de la réforme de la procédure pénale, pour recueillir des propositions "concrètes".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/