1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Refus de la démission du cardinal Barbarin : "C'est sacrément hypocrite", dit Alba Ventura
2 min de lecture

Refus de la démission du cardinal Barbarin : "C'est sacrément hypocrite", dit Alba Ventura

La décision du Pape François de ne pas accepter la démission du cardinal Barbarin condamné pour ne pas avoir dénoncé une affaire d'abus sexuel, divise et ce, même au sein de l'Église.

Le cardinal Philippe Barbarin tenant une croix
Le cardinal Philippe Barbarin tenant une croix
Refus de la démission du cardinal Barbarin : "C'est sacrément hypocrite", dit Alba Ventura
02:49
Refus de la démission du cardinal Barbarin : "C'est sacrément hypocrite", dit Alba Ventura
02:43
L'invité de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura - édité par Cassandre Jeannin

Le Pape François a refusé la démission du cardinal Barbarin condamné à 6 mois de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé une affaire d'abus sexuel dans son diocèse. Il a fait appel. Le souverain pontife invoque la présomption d'une innocence. 

Invoquer la présomption d'innocence alors que l'on sait que pour l'Église c'est la justice ecclésiastique qui prime sur la justice des hommes, c'est pas banal. De la part d'un jésuite, ce n'est pas si étonnant. L'affaire est tellement grave que c'est "sacrément" hypocrite. Le Pape François a-t-il pensé sérieusement une seconde qu'on allait gober cette histoire de présomption d'innocence ? Qu'on allait se dire "waouh" c'est révolutionnaire l'Église se soumet désormais à la justice des hommes, à la justice civile ? 

Et quand bien même certains y verraient une révolution, alors c'est au service de la mauvaise cause. Parce qu'en fait c'est juste une décision d'opportunité. D'ailleurs la conférence des évêques a marqué sa déception. 

Une occasion manquée pour l'Église d'aller vers la modernité

L'Église aurait pu montrer qu'elle prenait un nouveau tournant. Elle aurait pu montrer que son système allait vers moins de rigidité, qu'elle était capable de se réformer et de se regarder en face. Ça aurait été un signe de modernité et d'ouverture. 

À lire aussi

Au lieu de ça qu'elle est l'image que l'Église renvoie ? Une Église qui absout malgré la gravité des faits. Elle renvoie cette image catastrophique, celle, par exemple, d'un cardinal australien en prison mais qui n'a jamais été condamné par l'Église. Celle aussi du plus haut dignitaire de l'Église de France qui fait appel de sa condamnation pour non dénonciation d'abus sexuel et qui se voit refuser sa démission par le souverain pontife et qui n'a donc pas, lui non plus, été condamné par l'Église. Il faut avoir la foi bien chevillée pour ne pas tanguer. 

Et quelle tristesse pour les victimes. On ne pouvait pas faire moins fraternel. Le Pape qui se paye souvent de bons mots a plus de mal avec les actes. 

On aurait pu penser que ce Pape surmonte ces scandales

Certains ont cru que le Pape François en particulier nettoierait les écuries d'augias. Encore récemment, il avait semblé prendre les choses en main en organisant un grand sommet sur la pédophilie durant lequel il avait plaidé pour la tolérance zéro envers les prêtres pédophiles. 

Foutaises ! L'institution passe avant tout, avant les sanctions et pire, avant la compassion. Sous son sourire et son apparente bonhomie, ce Pape est finalement prisonnier de ce qu'il est : enfermé dans son cléricalisme, corseté par la vieille machinerie de l'Église, incapable de sortir du silence. Et le silence est coupable. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/