1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Réforme des retraites : les femmes sont-elles pénalisées ?
4 min de lecture

Réforme des retraites : les femmes sont-elles pénalisées ?

Depuis la publication de l'étude d'impact de la réforme des retraites, le lundi 23 janvier, les effets de l'allongement du temps de cotisation et le recul de l'âge légal du départ à la retraite apparaissent plus clairement : les femmes vont devoir faire un plus gros effort que les hommes. Celles de la génération 1966 travailleront 7 mois de plus, contre 5 mois de plus pour les hommes. Pour la génération 1972, ce sera 9 mois contre 5 mois, et la génération 1980 : 8 mois contre 4 mois.

Une manifestante à Toulouse contre la réforme des retraites
Une manifestante à Toulouse contre la réforme des retraites
Crédit : Charly TRIBALLEAU / AFP
Marie Guerrier

Les femmes sont "un peu pénalisées" par le report de l'âge légal à 64 ans, de l'aveu même du ministre en charge des Relations avec le Parlement, Franck Riester. "C'est une réforme qui est anti-femmes", s'insurge Mathilde Panot la chef de file des députés LFI.  "Je ne peux pas laisser dire que notre projet ne protégerait pas les femmes. Au contraire", rétorque Elisabeth Borne interpelée mardi à l'Assemblée nationale. La polémique enfle. 

Sur les réseaux sociaux, une question revient souvent : le gouvernement a-t-il supprimé les trimestres gagnés par enfant pour que les femmes se voient ainsi contraintes de travailler un peu plus ? La réponse est non, les trimestres enfants sont toujours là : huit par enfant dans le secteur privé (l'équivalent de 2 ans de cotisation) et quatre trimestres (un an) dans la fonction publique, "mais, leur avantage s'est amenuisé, ils perdent de leur utilité", explique Valérie Batigne fondatrice et dirigeante de la plateforme de conseils Sapiendo retraite. 

Il faut d'abord rappeler les deux grands principes de la réforme. Deux curseurs bougent : l'âge légal de départ à la retraite qui va passer progressivement de 62 à 64 ans, et la durée de cotisation qui va passer à 43 ans plus rapidement que prévue par la loi Touraine de 2014, il faudra 172 trimestres cotisés au lieu de 167. 

"Et il y a un effet collatéral de la réforme qui va impacter un peu plus les femmes que les hommes", détaille Valérie Batigne. Les femmes, mères de familles qui ne se sont pas arrêtées pour élever leurs enfants, arrivent à l'âge légal actuel de la retraite, 62 ans, avec plus de trimestres que les hommes puisque qu'elles ont les trimestres enfants en bonus. Donc elles ont tous leurs trimestres pour arrêter de travailler et prendre une retraite à taux plein, mais, là on va leur dire : maintenant avec la réforme, il faut aller jusqu'à 64 ans. Elles vont devoir travailler plus longtemps, là où les hommes eux auraient dû de toute façon travailler plus longtemps puisqu'ils n'avaient pas tous leurs trimestres à 62 ans. 

Quelques cas pratiques

C'est donc ce qui pénalise les femmes, celles qui ont commencé à travailler relativement jeune, à 20, 21, 23 ans et qui ont une carrière complète. Par exemple : une femme née après 1973 doit cotiser 43 ans pour toucher sa retraite à taux plein. Si elle commence à travailler à 21 ans et qu'elle n'a pas d'enfant, cela fait 21 + 43 années de travail = 64 ans, pile le nouvel âge légal pour partir à la retraite. Si elle a des enfants, elle gagne des trimestres, avec le système actuel, elle pourrait partir à la retraite dès 62 ans mais ça n'est plus possible avec la réforme et le nouvel âge légal, il faudra aller jusqu'à 64 ans.

En revanche, si elle débute sa carrière à 23 ans + 43 ans de travail, cela fait une retraite à 66 ans, sans enfant. Mais avec des enfants et les trimestres bonus, elle peut prendre sa retraite par anticipation, dès 64 ans. 

Chaque cas est différent en fonction du nombre d'enfants, de l'âge du début de carrière, s'il s'agit d'une carrière pleine ou hachée. Il y a des femmes qui ont commencé à travailler tard, ou qui se sont arrêtées temporairement de travailler, à qui il manque des trimestres quand elles arrivent à l'âge légal de la retraite parce qu'elles n'ont pas assez cotisé, elles doivent alors continuer à travailler. C'était déjà le cas avant la réforme, ça le sera encore avec la réforme. 
 
Il ne faut pas l’oublier, la raison première de la réforme, voulue par le gouvernement, c’est de faire travailler tout le monde plus longtemps ! Certaines femmes, un peu plus encore. 

Revaloriser les petites pensions

Pour contrebalancer cet effet négatif, la Première ministre monte au créneau. Elisabeth Borne martèle que les femmes seront les premières bénéficiaires de la revalorisation des petites pensions à 1200 euros bruts. C'est vrai, parce qu'elles sont beaucoup plus nombreuses que les hommes à toucher ces petites pensions, après avoir travaillé pour des salaires modestes. 

"52% des femmes ont moins de 1.000 euros par mois de retraite contre 20% des hommes", précise Valérie Batigne. Selon l'étude d'impact de la réforme, les femmes vont voir en moyenne leur retraite augmenter de 1% à 2,2 % en fonction des générations concernées, contre seulement 0,2 % à 0,9 % pour les hommes.

Le fait de travailler plus longtemps permettra d'améliorer le montant des pensions" pas tant la retraite de base, que la retraite complémentaire, parce que cotiser plus longtemps permet de cumuler d'avantage de points de retraite complémentaire qui se monétisent", explique valérie Batigne et elle conclut, "cela peut être une consolation". 

Par ailleurs, désormais, les congés parentaux sont pris en compte dans la durée de cotisation, dans la limite de 4 trimestres (un an), cela ne bénéficie surtout à des femmes mais seulement si elles ont commencé à travailler avant 20 ans, il s'agit du dispositif "carrières longues". 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.