1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Réforme des retraites : la stratégie de l'exécutif pour éviter l'obstruction parlementaire de LFI
2 min de lecture

Réforme des retraites : la stratégie de l'exécutif pour éviter l'obstruction parlementaire de LFI

DÉCRYPTAGE - La France insoumise devrait tabler sur le dépôt de 75.000 amendements pour contrer la réforme des retraites. Une stratégie à laquelle l'exécutif compte bien répliquer.

La rentrée du gouvernement d'Elisabeth Borne, le 4 janvier 2022
La rentrée du gouvernement d'Elisabeth Borne, le 4 janvier 2022
Crédit : GONZALO FUENTES / POOL / AFP
Réforme des retraites : ce qui attend le gouvernement dans les jours à venir
00:01:37
Marie-Pierre Haddad
Je m'abonne à la newsletter « Politique »

Ce n'est que le début. Le gouvernement présente, ce mardi 10 janvier, son projet de réforme des retraites. Lors d'une conférence de presse en grande pompe, première ministre et ministres concernés détailleront, à l'aide de graphiques, les contours de la mesure et lèveront le voile sur les zones floues concernant notamment la pénibilité et les régimes spéciaux.

Et après ? Le texte sera présenté en Conseil des ministres le 23 janvier. Puis, il arrivera le 30 janvier en débat en commission à l'Assemblée nationale et le 6 février pour le début des débats en séance. Une séquence très importante pour l'exécutif qui entrera officiellement dans le cœur du sujet.

Afin d'éviter que les débats ne s'éternisent au cœur de l'hémicycle, ce qui serait résonnerait comme un échec pour la majorité relative, l'exécutif a assuré ses arrières

Accélérer le rythme à l'Assemblée

Une stratégie assumée par un poids lourd macroniste à l'Assemblée, cité par Le Figaro. "Il va falloir, aller vite, très vite. Plus la réforme traîne en longueur, plus on risque de vivre le même scénario qu’il y a trois ans", assure-t-il. Une fois n'est pas coutume lors de cette législature, l'exécutif revient à la question de l'utilisation du 49.3

À écouter aussi

Selon la Constitution, Elisabeth Borne peut y autant de fois qu'elle le souhaite lorsqu'il s'agit d'un vote d'un projet de loi de finances ou de financement de la Sécurité sociale. Pour les autres textes, l'article ne peut être utilisé qu'une seule fois par législature.

Pour garder les mains libres, le gouvernement envisage donc "de faire voter la plus grande partie de cette réforme via un projet de loi de financement de la Sécurité sociale rectificatif (PLFSSR)", indique Le Figaro.

Contrer l'obstruction parlementaire

Cette décision a un impact direct sur la durée des débats. La majorité a bien en tête les différentes tentatives d'obstructions parlementaires, pratiquées par le groupe des députés de la France insoumise. Ainsi, "le projet de loi initial devrait intégrer toutes les dispositions envisagées par le gouvernement. Et ce dès le départ, pour ne pas risquer que des mesures essentielles soient seulement abordées par le biais d’amendements", précise Politico

Les débats devront durer au maximum 20 jours. Par ailleurs, l’exécutif compte bien tenir les débats durant 20 jours, comme l'indique la newsletter sur l'actualité politique. Le temps est compté. La présidente du groupe LFI à l'Assemblée, Mathilde Panot, prévenait dès octobre dernier que les députés seraient prêts à déposer "75.000 amendements" sur la réforme des retraites. "La dernière fois, nous étions 17 parlementaires insoumis, nous avions déposé 17.000 amendements. Aujourd'hui nous sommes 75. Voilà", expliquait-elle sur