1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Réforme des retraites : contrarié, François Bayrou donne du fil à retordre à Emmanuel Macron
3 min de lecture

Réforme des retraites : contrarié, François Bayrou donne du fil à retordre à Emmanuel Macron

DÉCRYPTAGE - François Bayrou a prévenu Emmanuel Macron : il s'opposera à la réforme des retraites en cas de passage en force. Une mise en garde à ne pas prendre à la légère.

François Bayrou, le 21 juin 2022.
François Bayrou, le 21 juin 2022.
Crédit : LUDOVIC MARIN / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad

En dents de scie. Depuis la rentrée, la relation entre Emmanuel Macron et François Bayrou connait quelques turbulences. Jusque-là, rien d'inhabituel dans la vie politique. Sauf que cette fois-ci, le risque est élevé pour le président de la République. Ne disposant que d'une majorité relative à l'Assemblée, Emmanuel Macron a plus que jamais besoin de ses alliés, dont le MoDem. 

Grâce à son réservoir d'électeurs et son ancrage territorial, le MoDem cherche à conserver sa place privilégiée au sein d'une majorité présidentielle recomposée. Et l'enjeu est bel est bien là pour le parti centriste. En Marche n'existe plus, Renaissance a pris sa place. Horizons assume la stratégie "un pied dedans, un pied dehors". Sans oublier toutes les forces autour de la macronie comme Agir et l'aile gauche Territoires de progrès.

À cela sont venus s'ajouter des points de tension. Le président du MoDem était supposé prendre la parole lors du lancement de Renaissance. Finalement, il n'en sera rien. En geste de protestation, le maire du Pau a pratiqué la politique de la chaise vide en annulant sa venue.

"Opposé au passage en force"

Comme la foudre, la colère de François Bayrou a frappé deux fois. Après son absence remarquée au lancement de Renaissance, le président du MoDem a mis en garde Emmanuel Macron sur la réforme des retraites. Dans Le Parisien, il se dit "opposé au passage en force". "Si on se lance dans cette voie-là, alors nous sommes certains de coaliser d'abord les oppositions entre elles, puis de diviser la société française", a averti François Bayrou, en appelant à prendre "le temps de la pédagogie". 

À lire aussi

"Le président de la République a dit qu'il veut la réforme pour l'été 2023 ? Avec cette méthode, avec un travail préalable en commun, j'ai la conviction qu'elle peut être adoptée dès l'été 2023, a-t-il ajouté. Le passage en force, c'est le contraire de l'esprit du CNR qui réclame d'examiner les problèmes ensemble". Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) sera présenté le 26 septembre en Conseil des ministres et ensuite, examiné au Parlement. La possibilité d'un recours au 49.3 crispe jusque dans la majorité présidentielle. 

Trois jours plus tard, nouvelle réplique. Le patron du groupe centriste à l'Assemblée Jean-Paul Mattei a annoncé que les députés MoDem voteraient "certainement" contre une réforme des retraites par amendement au projet de budget de la Sécu.

CNR et CFDT

Selon un député influent de la macronie, François Bayrou "a la trouille sur le Conseil national de la refondation et il a peur des répercussions". La CFDT a fait savoir qu'elle "s'opposera par tous les moyens" à une réforme des retraites, y compris en quittant la table des discussions du CNR. Analyse de l'élu macroniste : "Il a pris la responsabilité du CNR. Si la CFDT décide de se retirer des réunions pour contrer la réforme des retraites, cela dévitalise le CNR" et donc le patron du MoDem.

Un nouvel épisode pourrait venir crisper les relations entre Emmanuel Macron et François Bayrou. Comme le rapporte la newsletter Playbook, les journées parlementaires du MoDem se tiennent dès ce jeudi 22 septembre à Guidel. Elisabeth Borne devait s’y rendre le 23 septembre pour y prononcer un discours. "C’était sans compter Emmanuel Macron qui l’a convoquée à la même heure, à l’Elysée, pour leur déjeuner hebdomadaire, décalé en raison de l’agenda international du Président. Les deux têtes de l’exécutif ont quelques arbitrages à rendre…", peut-on lire.

"Nous, on sait recevoir, on fait toujours parler le Premier ministre lors de notre rentrée", grinçait un cadre démocrate. Finalement, la première ministre a pu libérer un créneau dans son agenda, pour ne pas accentuer les tensions. La suite au prochain épisode.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/