2 min de lecture Politique

Quand est-ce qu’on préserve la démocratie de l’épidémie ?

ÉDITO - Les élections régionales pourront-elles se dérouler en juin ? La présidentielle est-elle menacée, elle aussi ?

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Quand est-ce qu'on préserve la démocratie de l'épidémie ? Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Aymeric Parthonnaud

Les élections régionales pourront-elles se dérouler en juin ? Les partis politiques doivent trancher. Évacuons tout de suite un argument que nous avons entendu dans la bouche de plusieurs responsables politiques ces derniers jours et ces dernières semaines : "Les Français n’ont pas la tête aux élections", ou son variant "personne ne m’en parle sur le marché le samedi matin" ou encore "ça n’intéresse que les journalistes".

Admettons.  Mais quand nous vous dirons que nous ne savons pas si la présidentielle pourra avoir lieu l’année prochaine, alors là je pense que les réactions seront différentes. Les élections, c'est un rendez-vous démocratique, ce n’est pas seulement un sujet de conversation…

A-t-on des doutes sur la présidentielle ? Si la situation sanitaire n’est pas satisfaisante on fait comment ? Comme les régionales et les départementales ? Nous repoussons la date ?Comme le note, avec un peu de perfidie, le conseil scientifique dans le rapport que lui avait commandé le gouvernement de nombreux autres pays européens ont organisés des élections en temps d’épidémie : le Portugal, l’Allemagne, l’Espagne, les Pays-Bas…
Vote par anticipation, par correspondance, à l’extérieur et même à vélo chez les Hollandais…

Comment allons-nous faire en France ?

Et en France, comment allons-nous faire ? Rien n’a changé. C’est pire que ça… Toutes les innovations pour faire évoluer les techniques de vote ont été rejetées ces derniers mois. Les idées de nos voisins ont été portées par différents groupes politiques et pas seulement des groupes de l’opposition. Mais elles n’ont pas passé la barrière du gouvernement… Pourquoi autant de réticences ? Nous n'avons que deux hypothèses. Le bureau des élections au ministère de l’Intérieur serait un État dans l’État nous a expliqué un ministre. C’est l’administration qui n’en ferait qu’à sa tête et qui serait suffisamment puissante pour résister à toutes les volontés politiques. Avec eux, rien ne serait jamais possible. Un ultra-conservatisme bureaucratique. 

La démocratie se retrouve en ballotage

À lire aussi
santé
Les tentatives de suicide prennent "une ampleur inhabituelle", alerte une pédopsychiatre

L’autre hypothèse, un soupçon, pas tout à fait dénué de preuve, est la très mauvaise volonté de l’exécutif dans cette affaire. Souvenez-nous, en mai 2020, il y a presque un an, il était passé par la tête de l’Élysée de repousser les élections régionales après la présidentielle. Ce n’était pas le moment, en plein plan de relance, de se mesurer. La reconstruction était prioritaire. 

Puis, il y a eu la deuxième vague et cette idée a ressurgi de repousser encore ces élections régionales et départementales. Finalement, des mois et des mois plus tard, nous en sommes au même point et avec les mêmes tentations. Faute d’avoir modernisé le processus de vote et faute d’envie d’aller aux urnes, la démocratie se retrouve en ballotage…

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants